Home Actu Au carrefour politique de l’Afrique de l’ouest : Macky Sall prône une nouvelle ère de responsabilité

Au carrefour politique de l’Afrique de l’ouest : Macky Sall prône une nouvelle ère de responsabilité

0 comment 249 views

Au cours des dernières décennies, les coups d’État ont progressivement repris du terrain dans plusieurs pays de la sous-région ouest-africaine, de la Guinée au Gabon, en passant par le Mali et le Burkina Faso. Les sombres nuages de l’instabilité politique planent, suscitant des inquiétudes quant à l’avenir démocratique de ces nations. Le président sénégalais, Macky Sall, apporte un éclairage perspicace sur cette résurgence dans une récente entrevue approfondie avec le journal panafricain Jeune Afrique.

Macky Sall, dont le mandat présidentiel touche à sa fin l’année prochaine, identifie divers facteurs complexes enracinés dans la récurrence des coups d’État. Il pointe du doigt les interruptions fréquentes de l’ordre constitutionnel dans des pays comme le Mali, la Guinée, et le Burkina Faso, reconnaissant qu’une simple tenue d’élections ne constitue pas la panacée. Selon lui, la crise du terrorisme agit comme un catalyseur, altérant la perception du pouvoir en place et mettant en lumière la nécessité urgente de repenser le rôle des forces armées.

La foule ne garantit pas un soutien populaire authentique

Sall met en garde contre la glorification des coups d’État, soulignant que l’acclamation de la foule ne garantit pas un soutien populaire authentique. Il appelle à une réflexion approfondie sur la relation entre les acteurs politiques et militaires, soulignant que la voie militaire ne résout pas les problèmes structurels.

Pour prévenir la répétition des coups de force en Afrique de l’Ouest, le président sénégalais appelle à une responsabilité accrue des acteurs politiques et militaires. Il insiste sur la nécessité d’une doctrine claire au sein des armées, mettant en avant le service à la patrie par rapport à l’aspiration au pouvoir politique.

Alors que le Mali, la Guinée, le Burkina Faso, et le Gabon sont actuellement dirigés par des militaires, les propos de Macky Sall résonnent comme une invitation à repenser la dynamique politique dans la région. Il met en garde contre les conséquences désastreuses des solutions militaires face aux défis complexes qui se posent.

A la croisée des chemins

Cependant, il est essentiel de rappeler que les interruptions constitutionnelles dans ces pays découlent également d’une crise de confiance entre les politiques et les citoyens. Les manipulations politiques, les promesses non tenues, et les échecs des dirigeants démocratiquement élus ont alimenté cette défiance. Dans ce contexte, les populations voient souvent dans leurs armées des sauveurs potentiels.

Au Mali, par exemple, le président Assimi Goïta a accompli en trois ans ce que ses prédécesseurs n’ont pas réussi en deux mandats. Cette situation souligne le besoin d’une analyse approfondie de la relation entre les forces armées et le développement économique. Bien que les armées doivent demeurer dans les casernes, il est crucial de reconnaître leur rôle potentiel dans la stabilité et la sécurité, préalables indispensables au développement économique.

La région ouest-africaine se trouve à la croisée des chemins, confrontée à la nécessité de trouver un équilibre délicat entre la stabilité politique et le respect des principes démocratiques. La responsabilité incombe tant aux acteurs politiques qu’aux forces armées de jouer un rôle constructif dans la consolidation de la démocratie et du développement. Ignorer cette réalité pourrait conduire à des conséquences dévastatrices pour l’avenir de la région.

Oumarou Fomba

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate