Bamba, l’enfant qui rêvait de grand avenir

Date:

Share post:

La crise sécuritaire au centre du Mali a privé beaucoup d’enfants de leurs études en raison de la fermeture des classes. Dans ce billet fictif, je décris cette situation sous l’image de Bamba.
Bamba est un jeune élève de la classe de 9e année. Très intelligent, courageux respectueux, il fréquente l’école fondamentale de Kotougo. Étant le meilleur de sa classe, il s’est fait des amis parmi ses professeurs ainsi que ses camarades. Le petit Bamba rêve d’un avenir meilleur. Il aspire devenir douanier afin d’appuyer son père Bina Poudiougou, cultivateur ; et sa mère Aissata Diallo, ménagère.
Un enfant en train d’écrire et représentant le petit Bamba se préparant pour atteindre son rêve. Crédit photo: flickr.com

Les rêves de Bamba vont vite se briser et devenir des utopies. Habituellement, Bamba arrive très joyeux de l’école, à la descente. Tout le monde l’a connu avec cette attitude. Ce vendredi, l’école se situant à quelque cinq kilomètres de son village, à cœur joie, il arrive au village. Depuis à moins de deux kilomètres, il aperçoit des fumées de loin, des fumées provenant de son village. À vélo, il pédale le plus vite possible. Plus il se rapprochait, plus ses espoirs devenaient moindres puisqu’ils constataient des gens pris de panique courir de sens dessus dessous. Bamba arrive et trouve tout le village en fumé, des cadavres gisaient au sol, l’odeur était nauséabonde, les puits sont infestés de cadavres. Le petit Bamba se met à sangloter de toutes ses forces tout en demandant : « Où sont mes parents ? » Il ne cesse de les appeler, mais une atmosphère de mort règne dans ce village devenu quasiment un Hameau.
À l’entendement de Bamba, tous ses parents venaient de le quitter pour toujours. Mais heureusement que non. Quand les bandits attaquaient le village, Aissata, sa mère, s’était rendue dans la brousse à la recherche du bois de chauffe. Celle-ci ayant entendu l’écho de ce qui s’est passé après son départ, est rentrée au village en courant. Elle trouve son enfant en larme au milieu des cadavres. Rien ne pouvait tarir les larmes de ces deux êtres.
Des équipes humanitaires qui se sont rendues sur les lieux, quelques heures après l’incident, ont conduit Aissata et son enfant dans le camp des déplacés situé dans un marché à bétail à plus de 500 kilomètres de Kotougo.
Les inconnus qui se sont attaqués au village se sont emparés de toutes ses richesses. Bamba qui aurait pu hériter d’une grande richesse se trouve maintenant en compagnie de sa mère dans une situation de véritable pauvreté. Après quelques mois de vie dans le camp pour déplacés, Bamba rêve toujours d’une bonne éducation. Il ne cesse d’interroger sa mère sur la possibilité de retourner au village afin qu’il puisse reprendre le chemin de l’école. « Je rêve de retourner chez moi pour rependre mes études », récidivait-il.
Bamba a du mal à accepter son nouveau statut de déplacé. Il n’est pas prêt à surseoir à ses études comme tout bon élève. Pourtant il n’a pas d’autre choix, il est obligé d’accepter l’évidence, car les aides qu’on leur apporte sont insuffisantes. Alors, au lieu de songer à retourner à l’école, Bamba est devenu finalement un conducteur de pousse-pousse afin de prendre soin de sa pauvre mère et de lui-même. Le rêve de Bamba a été ainsi brisé comme celui de beaucoup d’autres enfants de cette localité.
Nos États doivent songer énormément au statut de ces enfants victimes des conflits. Leur éducation ne doit pas être compromise parce qu’ils se trouvent dans des camps de déplacés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

« De l’humanitude » : un livre pour construire un monde de tolérance et de paix

« De l’humanitude : La culture de la paix ou la fin de l’espèce humaine » est une œuvre du jeune auteur Abramane Coulibaly, parue en 2022 au Prostyle éditions. Après lecture, Fousseyni Koïta, professeur de philosophie au secondaire, nous donne ses impressions sur le livre.

Musique : la Malienne Black AD, sacrée lauréate du « prix découvertes RFI » 2022

Sa chanson intitulée « Mali » a fini par séduire le public et le jury, présidé cette année par l’artiste interplanétaire nigériane, Yemi Alade. Hawa Diallo, alias Black AD a été désignée, vendredi 18 novembre dernier, lauréate du « prix Découvertes RFI » 2022.

Livre : « Royaume des mots » ou l’espoir d’une renaissance africaine

Publié chez les Éditions Gafé, « Royaume des mots » de Mohamed H Coulibaly est un recueil de poèmes qui lance un appel pressant à la jeunesse africaine, qui doit prendre conscience de son destin. C’est un ouvrage qui présente une nouvelle image de l’Afrique.

Le langage des fesses

Entre fascination érotique selon le regard masculin, féminité idéale, revendication anti-maigreur, promotion commerciale, ou même message théologique, les fesses, qu’elles soient féminines ou masculines, ont servi de support à bien des messages à travers les siècles.
%d blogueurs aiment cette page :