Home Actualités Au Togo, une révision constitutionnelle sème le trouble dans le théâtre de la démocratie

Au Togo, une révision constitutionnelle sème le trouble dans le théâtre de la démocratie

0 comment 421 views

Le rideau se lève sur une scène politique togolaise bouillonnante, où un drame constitutionnel se déroule sous les yeux d’un public national et international captivé. Le 25 mars, dans l’arène de l’Assemblée nationale, les députés togolais ont voté une nouvelle Constitution, un texte qui redéfinit les rôles au sommet de l’État. Avec 89 voix pour, une contre et une abstention, la pièce semble jouée, mais le spectacle est loin d’être terminé.

Au cœur de cette transformation, le « président du Conseil des ministres« , nouvellement couronné, s’avance en pleine lumière, tandis que le président de la République, jusqu’alors protagoniste de cette tragédie politique, est relégué à un rôle honorifique. Un changement de garde qui soulève des questions, des hypothèses et des inquiétudes parmi les observateurs et les acteurs eux-mêmes.

Une épée de Damoclès

La demande soudaine du président Faure Gnassingbé d’une deuxième lecture de la réforme ajoute une couche de suspense et de complexité à l’intrigue. Trois hypothèses émergent des coulisses de cette demande inhabituelle : une opposition potentielle au texte voté, une clarification des attributions floues ou une manœuvre pour gagner du temps face aux réactions diverses suscitées par cette réforme, notamment celle de la conférence des évêques du Togo. Cette dernière appelle à un retour en arrière, à ne pas promulguer une réforme qui, selon eux, pourrait altérer l’essence même de la démocratie togolaise.

Dans ce tissu de spéculations et de manœuvres politiques, une question fondamentale émerge, mettant en lumière la fragilité et la complexité de la révision constitutionnelle : peut-on, sous le voile de la procédure, altérer l’âme d’une Constitution sans trahir ses principes ? La réponse à cette question reste en suspens, comme une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête du pays tout entier.

Luttes de pouvoir et des aspirations contradictoires

En parallèle à ces manœuvres politiques, un autre acte de cette tragédie se joue dans les rues et les espaces publics du Togo, où la liberté de réunion et d’expression est soumise à rude épreuve. Des interdictions de réunions frappent les partis d’opposition et les organisations de la société civile, cherchant à débattre et à critiquer les récentes évolutions constitutionnelles. Amnesty International, tel un chœur grec commentant l’action, appelle les autorités togolaises à respecter ces libertés fondamentales, soulignant l’ironie d’une réforme qui prétend renforcer les droits humains tout en bâillonnant les voix dissidentes.

Ce théâtre d’ombres, où se mêlent aspirations démocratiques et manœuvres autoritaires, est une parabole des tensions qui traversent non seulement le Togo mais aussi de nombreuses démocraties en devenir ou en crise à travers le monde. La révision de la Constitution togolaise, loin d’être un simple ajustement technique, est révélatrice des luttes de pouvoir et des aspirations contradictoires qui animent le cœur de la société togolaise.

La situation togolaise, miroir de toutes les sociétés en transition démocratique

Au-delà des spécificités togolaises, cette situation politique dans ce pays d’Afrique de l’Ouest est un miroir tendu à toutes les sociétés qui naviguent dans les eaux tumultueuses de la transition démocratique. Elle rappelle que les changements constitutionnels, lorsqu’ils sont effectués sans un large consensus et sans respecter l’esprit de la démocratie, peuvent ébranler les fondements même de la cohésion nationale.

Alors que le rideau tombe sur ce chapitre de l’histoire togolaise, une question demeure : comment concilier l’exercice du pouvoir avec le respect des principes démocratiques ? La réponse à cette question est essentielle non seulement pour le Togo mais pour toutes les nations qui cherchent à naviguer entre les écueils de l’autoritarisme et les aspirations à une démocratie véritable et inclusive. La pièce continue, et le monde regarde attentivement, espérant une conclusion qui réaffirme les valeurs de liberté, de justice et de dialogue démocratique.

Chiencoro Diarra

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate