Home A la Une Ramadan : Ségou adopte le hijab et laisse les mini-jupes au placard

Ramadan : Ségou adopte le hijab et laisse les mini-jupes au placard

0 comment 988 views

À Ségou, le ramadan inspire un tournant vestimentaire significatif parmi les femmes et les jeunes filles. Ces dernières, troquant leurs tenues habituelles pour des hijabs, témoignent d’une fidélité renouvelée aux principes de modestie et de spiritualité.

Le mois sacré du ramadan, une période marquée par la ferveur et la piété, inspire un changement notable dans les garde-robes des femmes à Ségou, particulièrement chez les jeunes filles. C’est le temps où les vêtements révélateurs sont soigneusement rangés pour laisser place à des tenues plus modestes, conformes aux enseignements de l’Islam. Le hijab devient la pièce maîtresse de ce renouveau vestimentaire, couvrant dignement le corps de celles qui choisissent de l’adopter.

« C’est une question de respect »

La révérence pour le mois sacré du ramadan se reflète profondément dans les choix vestimentaires des femmes et des jeunes filles. Sanata Coulibaly, étudiante à l’université de Ségou, partage une perspective commune : pendant le ramadan, les tenues sexy cèdent la place à une modestie qui s’accorde avec le jeûne. « Durant ce mois, mes vêtements habituels restent au placard. Je me dois de respecter ce temps de spiritualité, » confie-t-elle, soulignant la tension entre ses préférences habituelles et les exigences du ramadan.

Aminata, fervente dans sa foi, embrasse pleinement les hijabs et foulards comme symboles d’une dévotion visible. « Me couvrir du pied à la tête est une forme d’adhésion aux principes de l’Islam, » dit-elle, son sourire transparaissant malgré le voile. Ce sentiment est écho par d’autres dans la communauté, où le choix de s’habiller modestement est vu non seulement comme une marque de respect pour soi-même, mais aussi comme une fidélité aux enseignements religieux.

Une jeune fille de 16 ans rencontrée dans les ruelles de la ville partage cet engagement envers le hijab, pas seulement comme une obligation du ramadan, mais comme une pratique de vie. « C’est une question de respect, » insiste-t-elle, encourageant ses pairs à embrasser cette transformation vestimentaire pas seulement pendant le ramadan, mais au-delà.

Aïssatou Diané, vêtue d’un ensemble blanc pur, offre un aperçu de ce changement de paradigme vestimentaire inspiré par le ramadan. « Je m’adapte aux exigences du mois sacré, » explique-t-elle, marquant une pause dans sa routine habituelle pour se conformer à une expression extérieure de sa foi intérieure.

Le ramadan, un tremplin pour les commerçants 

Ces témoignages de Ségou dépeignent un tableau où la tradition et la modernité se rencontrent dans le cadre du ramadan. Le choix vestimentaire devient un champ de négociation personnelle et collective, où la spiritualité guide les décisions quotidiennes. Cette période devient ainsi un espace où la foi modèle l’identité, renforçant le tissu social à travers des actes de piété visibles.

Cette pratique n’est pas isolée, mais reflète une tendance plus large à Ségou, où de nombreuses femmes et jeunes filles voient le ramadan comme une opportunité de réaffirmer leur identité religieuse à travers leurs choix vestimentaires. Pour elles, cela va au-delà de la simple conformité aux normes ; c’est une expression de leur foi et de leur dévotion.

L’impact du ramadan sur les tenues vestimentaires va au-delà des transformations personnelles ; il stimule également l’économie locale, en particulier dans le secteur de la mode modeste. Les commerçants comme Mami Konaté, qui tiennent des stands au marché du petit château de Ségou, voient leurs ventes de hijabs s’envoler durant cette période. « Les hijabs sont très demandés. Les prix varient entre 10 000 et 25 000 francs CFA, mais peu importe le coût, nos sœurs cherchent à respecter les préceptes de leur foi », explique Mami. Cette affluence est un témoignage du désir des femmes à s’habiller de manière plus modeste, en harmonie avec les valeurs islamiques.

Seydou Koné, à la tête d’une boutique spécialisée, partage cette observation. « Depuis le début du ramadan, c’est comme si tout le monde voulait un nouveau hijab. Nous vendons autant en détail qu’en gros pour répondre à cette demande. » Ce phénomène n’est pas juste une question de mode, mais une expression de foi et de dévotion. Les femmes, en choisissant consciemment de porter le hijab, manifestent un engagement profond envers leurs croyances et le désir de vivre en accord avec les enseignements islamiques.

Un changement vestimentaire à maintenir dans le temps 

Cet engouement pour les hijabs pendant le ramadan reflète un changement significatif dans la conscience collective à Ségou. Ce n’est pas seulement le signe d’une évolution des tendances de la mode, mais aussi de l’impact profond de la spiritualité sur la vie quotidienne. Les commerçants, en répondant à cette demande, jouent un rôle crucial en facilitant l’accès à des tenues appropriées, permettant ainsi aux femmes de respecter les principes de modestie de l’Islam tout en participant activement à la vie sociale et spirituelle de leur communauté.

Ce mouvement vers une mode plus modeste, observé par les commerçants locaux, est une fenêtre sur l’évolution des pratiques et des croyances à Ségou. Il montre comment le commerce et la spiritualité peuvent se rencontrer, créant une dynamique où les valeurs religieuses influencent directement les habitudes de consommation. Dans cette interaction entre foi et commerce, Ségou révèle la manière unique dont le ramadan façonne non seulement les cœurs et les esprits, mais aussi l’économie locale.

Cette période est également une occasion pour la communauté de réfléchir sur le respect et la dignité des femmes. Souleymane Traoré, un fidèle musulman, appelle à un changement durable dans la manière de s’habiller, même après le ramadan. « Le respect d’une femme se reflète dans son habillement », dit-il, en encourageant les femmes à adopter une tenue modeste en permanence. Dramane Traoré, un marabout local, rappelle que le Coran lui-même conseille aux femmes de se couvrir, pour préserver la pureté des pensées et des actions.

L’approche vestimentaire durant le ramadan à Ségou n’est pas seulement un phénomène de mode ; elle est profondément ancrée dans les croyances et les pratiques religieuses. Elle témoigne de la quête personnelle et collective pour se rapprocher des idéaux de pureté et de piété prônés par l’Islam. À travers ce renouveau vestimentaire, les femmes de Ségou manifestent leur engagement envers leur foi, illustrant ainsi la manière dont les principes religieux influencent et transforment la vie quotidienne.

Fatoumata Z. Coulibaly, correspondante à Ségou 

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate