A Bougouni, le gouvernorat envisage d’étendre la compétition Yogoro et Salawalé aux cercles

Date:

Share post:

A Bougouni, dans la cour de résidence du gouverneur, les rideaux de la compétition culturelle « Yogoro », pour les garçons, et « Salawalé » pour les filles, sont tombés le samedi 23 avril. L’évènement vise à sauvegarder cet art traditionnel dans la région du Banimonotié.

Habillés en sacs, de cartons maquillés et plaqués au visage ou munis de bassines remplies d’eau, de calebasses et de baquettes servant à faire jouer de la belle mélodie, les enfants de Bougouni ont émerveillé la population du Banimonotiè, et surtout le gouverneur de la région, le général de brigade Kéba Sangaré, pendant une dizaine de jours.

Le Dangoroni, l’appellation Banico du Yogoro (cercle de Dioila, région de Koulikoro), ou le « Salawalé » pour les filles, est une pratique dont les Européens pourraient appeler l’Halloween à laquelle se livrent les enfants durant les dixièmes jours du mois de ramadan. Pour raviver cette pratique culturelle, le gouverneur de Bougouni a organisé cette année une compétition entre les enfants de sa région avec comme objectif « d’aller à la découverte de cet art traditionnel que les enfants présentent majestueusement avec tout leur savoir-faire », indique le gouvernorat de la région.

Niveau cercles

Après plusieurs soirées de compétition que le général Kéba Sangaré a présidées, la finale a eu lieu dans la nuit du 23 au 24 avril 2022 dans la cour de la résidence du gouverneur. Au total, 15 groupes de filles y ont pris part contre 20 groupes de garçon.

Très ému de voir ces enfants — filles et garçons — relayer cette richesse du patrimoine culturel de la région, le général de brigade, Kèba Sangaré, a remis des « enveloppes de consolation pour préparer les festivités de la fête de ramadan qui s’annoncent pour la fin de la semaine ».

Désormais, ils se donnent rendez-vous pour l’année prochaine où le gouverneur envisage d’étendre cette compétition aux cercles. « L’année prochaine, nous organiserons une grande compétition avec la dimension cercle avec des groupes d’enfants venant d’autres contrées du cercle de Bougouni. Puis dans d’autres cercles aussi pour rehausser le niveau de l’évènement et lui donner un cachet spécial avec des trophées et des prix de consolation », a annoncé le gouverneur de la région de Bougouni, lors de la tombée des rideaux de ces nuits culturelles de « Yogoro et de Salawalé ».

La rédaction

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Rentrée littéraire du Mali : l’écrivaine Aïcha Yatabary, lauréate du prix Massa Makan Diabaté

Avec « Le Banquet des Cantatrices », l’écrivaine malienne Aïcha Yatabary devient lauréate du prix Massa Makan Diabaté lors de la 14e édition de la Rentrée littéraire du Mali.

Dioïla : vers la première édition de la semaine artistique et culturelle

Dans le cadre de la promotion des arts et de la culture,  le mouvement pour le développement de la région de Dioïla, l’association Sigui Dolo et Baniko TV, en partenariat avec leur centre d’animation pédagogique (CAP), projettent d’organiser la première édition de la semaine artistique et culturelle de la localité.

Livre : « Otage au Mali » d’Alain Maufinet, ou le parcours malheureux d’un amoureux du désert

Dans son livre « Otage au Mali », préfacé par l’écrivain malien Fousseni Togola, Alain Maufinet nous raconte le parcours malheureux d’un touriste français dans le centre du Mali.

Don de sucre durant le ramadan : la belle initiative personnelle devenue objet de frustration

Le don de sucre à l’endroit de la belle-famille, une belle initiative personnelle, issue d'une pratique « coutumière tolérée » par la religion musulmane, est devenu pour certains un objet de frustration.
%d blogueurs aiment cette page :