Maximiser l’impact vital des vaccins : l’OMS et ses partenaires à pied d’œuvre

Maximiser l’impact vital des vaccins : l’OMS et ses partenaires à pied d’œuvre
Un enfant reçoit une dose de vaccin. Crédit photo: OMS

Pour célébrer les bienfaits des vaccins, la semaine mondiale de la vaccination est célébrée chaque année, au cours de la dernière semaine du mois d’avril (du 24 au 30 avril). Le thème retenu cette année est : « Les vaccins nous rapprochent ». Un thème qui vise à montrer comment la vaccination relie les personnes et contribue à améliorer la santé de chacun, partout dans la vie.

Depuis le 24 avril dernier, la semaine mondiale de la vaccination se célèbre. Elle se poursuit jusqu’au 30 avril prochain. À cette occasion, l’OMS, l’UNICEF et GAVI ont souligné le besoin urgent d’un engagement mondial renouvelé afin d’améliorer l’accès et le recours à la vaccination.

Garantir un accès équitable de vaccins à tous les pays

Dans la plupart des pays, les campagnes de vaccination de masse sont perturbées. 60 des campagnes vitales sont actuellement reportées dans 50 pays, mettant environ 228 millions de personnes, notamment des enfants, à risque de contracter des maladies telles que la rougeole, la fièvre jaune et la polio, déplore-t-on. Notons que plus de la moitié des 50 pays touchés se trouvent en Afrique. Ce qui met à nu les inégalités persistantes dans l’accès des populations aux services de vaccination essentiels.

« Des millions d’enfants à travers le monde sont susceptibles de passer à côté des vaccins de base alors que la pandémie actuelle menace de détruire deux décennies de progrès dans la vaccination de routine », a déclaré le Dr Berkley, PDG de Gavi, l’Alliance du vaccin.

Bien que la rougeole constitue l’une des maladies les plus contagieuses, 23 des campagnes contre elle sont reportées. Un report qui touche près de 140 millions de personnes.

Certes la pandémie de covid-19 est venue aggraver cette problématique de la vaccination, mais bien avant elle, des inquiétudes commençaient à apparaître. « Même avant la pandémie, il y avait des signes inquiétants que nous commençons à perdre du terrain dans la lutte contre les maladies infantiles évitables. 20 millions d’enfants manquaient déjà les vaccinations critiques », a déclaré Henrietta Fore, directrice générale de l’UNICEF.

Henrietta Foreinvite à « aider chaque enfant à rattraper ses vaccins contre la rougeole, la polio et d’autres ». Elle estime qu’il n’y a « pas de temps à perdre. Un terrain perdu signifie des vies perdues ».

La vaccination systématique, une priorité

Selon Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS , « si nous voulons éviter de multiples flambées de maladies mortelles comme la rougeole, la fièvre jaune et la diphtérie, nous devons nous assurer que les services de vaccination de routine sont protégés dans tous les pays du monde. »

 « Les vaccins nous aideront à mettre fin à la pandémie de Covid-19 », a déclaré Dr Tedros. Mais pour qu’il en soit ainsi, le directeur général de l’OMS pensequ’il faut au préalable garantir « un accès équitable à tous les pays » et construire « des systèmes solides pour les délivrer ».  

« Pour soutenir le rétablissement du Covid-19 et lutter contre les futures pandémies, nous devrons nous assurer que la vaccination systématique est une priorité », souligne Dr Berkley.

Maximiser l’impact vital des vaccins

Pour aider à relever les défis et soutenir le relèvement après la pandémie du Covid-19, l’OMS, l’UNICEF, Gavi et d’autres partenaires ont lancé le programme de vaccination 2030 (IA2030). Cette nouvelle stratégie mondiale vise à maximiser l’impact vital des vaccins grâce à des systèmes de vaccination plus solides. Son Agenda se concentre sur la vaccination tout au long de la vie, de la petite enfance à l’adolescence et à l’âge avancé. Selon l’OMS, si cet Agenda est pleinement mis en œuvre, il évitera environ 50 millions de décès, dont 75 % dans les pays à revenu faible ou intermédiaire de la tranche inférieure.

L’OMS, l’UNICEF, Gavi et ses partenaires jugent nécessaire d’atteindre une couverture de 90 % pour les vaccins essentiels administrés pendant l’enfance et l’adolescence, de réduire de moitié le nombre d’enfants manquant complètement de vaccins. Ce n’est pas tout. Ces organisations et leurs partenaires jugent également nécessaire, la réalisation de 500 introductions nationales ou infranationales de vaccins nouveaux ou sous-utilisés, comme ceux contre le Covid-19, le rotavirus ou le papillomavirus humain (HPV).

Pour rappel, la semaine mondiale de la vaccination est un événement international qui marque la dernière semaine du mois d’avril de chaque année (du 24 au 30 avril). Cette semaine est consacrée à la sensibilisation sur l’importance de la vaccination. Elle vise à promouvoir l’utilisation des vaccins pour protéger de la maladie, les personnes de tout âge.

Bakary Fomba

Bakary FOMBA

Bakary Fomba est enseignant de formation, blogueur (membre de Doniblog, la Communauté des blogueurs du Mali). Il est également journaliste depuis près de trois ans. Ses centres d'intérêts sont l'éducation et la culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image