Mali : ouverture des travaux d’un atelier de formation sur la Gestion des Ressources humaines

Mali : ouverture des travaux d’un atelier de formation sur la Gestion des Ressources humaines
Ouverture de l'atelier de formation sur la Gestion des Ressources humaines. ©Cheickna Coulibaly/Sahel Tribune

Au Conseil national du Secteur privé de Bamako, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Mahmoud Ould Mohamed, a présidé, ce lundi 22 novembre, l’ouverture des travaux d’un atelier de formation sur la Gestion des Ressources humaines (GRH)… A l’attention des membres de l’Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés (APSFD Mali).

Fruit d’un partenariat du Centre de Promotion et d’appui des systèmes financiers décentralisés (CPA/SFD) avec l’Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés (APSFD Mali), cet atelier va durer 5 jours. Du 22 au 26 novembre 2021, les participants bénéficieront d’une formation de renforcement de capacité en matière de Gestion des Ressources Humaines (GRH).

Dans ses mots de bienvenue, le président de l’Association des professionnelles des systèmes financiers Décentralisés du Mali (APSFD-Mali), M. Adama Camara, a évoqué l’immense rôle de la microfinance dans le cadre du développement socio-économique, en faveur des populations à faible revenu. Selon lui, « la professionnalisation du milieu demeure la solution » pour un développement durable et cela passe par le renforcement des capacités des agents de ressources humaines. D’où le présent atelier de formation.

« Précieux outil pour le gouvernement »

Intervenant en dernier ressort, le ministre de l’Industrie et du Commerce, M. Mahmoud Ould Mohamed, s’est réjoui de la participation massive des membres de l’Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés (APSFD-Mali) à cet atelier de renforcement de capacité. Avant de rappeler le bien-fondé de la microfinance dans le cadre de la réduction de la pauvreté dans le pays. «Au Mali, la microfinance demeure encore de nos jours, un précieux outil pour le gouvernement, dans sa quête permanente de réduction de la pauvreté et d’amélioration de l’inclusion financière », déclare-t-il. Il ajoute : « C’est pourquoi les Autorités de la Transition l’on priorisé dans le Plan d’Action du Gouvernement de Transition (PAG) 2021-2022 au niveau de l’axe relatif à ‘’la promotion de la bonne gouvernance’’. »

Plusieurs difficultés

Cependant, M. Mahmoud Ould Mohamed a reconnu, au cours de son intervention, que malgré ces résultats positifs, « le pari de l’inclusion financière n’est pas encore gagné ». À l’entendre,  le secteur de la microfinance est confronté actuellement à plusieurs difficultés qui sont entre autres : le problème de gouvernance ; l’inadéquation des systèmes d’Information et de Gestion (SIG) ; la faible capacité à fournir des services adaptés à la clientèle ; la faiblesse des ressources financières et le coût élevé du crédit ; la qualité des ressources humaines.

Comme solution durable, le ministre insiste sur la tenue d’ateliers de formation de ce genre pour renforcer les acquis. « L’activité vise à accompagner l’APSFD dans la mise en œuvre de son plan de formation conformément à l’orientation stratégique 1 de la politique nationale de développement de la microfinance qui vise à ‘’ construire un secteur de la microfinance professionnel qui contribue efficacement à l’amélioration des conditions de vie des ménages‘’ », fait-il savoir.

Cheickna Coulibaly

Cheickna Coulibaly

Cheickna Coulibaly est journaliste reporter au compte du journal Le Démocrate Mali. Ses centres d'intérêt sont entre autres : les nouvelles technologies, les activités sportives ainsi que la lecture. Il est contributeur à Sahel Tribune.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

%d blogueurs aiment cette page :