Mali : le M5-RFP charge le Cadre des partis et regroupements politiques

Date:

Share post:

Le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) a répondu dans une note d’information, le 3 décembre dernier, à une déclaration du Cadre des partis politiques publiée, le 26 novembre 2022.

À la veille d’une mission du Médiateur de la Cédéao au Mali, Goodluck Jonathan (ancien président nigérian), le Cadre des partis et regroupements politiques avait publié un communiqué dans lequel il tirait à boulets rouges sur les autorités maliennes de la transition. Le M5-RFP n’a rien attendu pour répondre, le 3 novembre dernier, à cette déclaration du Cadre.  

« Le M5-RFP a suivi avec commisération la charge portée contre la Transition par le “Cadre des Partis et Regroupements politiques pour le Retour à l’ordre constitutionnel”, le 26 novembre, à la veille d’une mission du Médiateur de la CEDEAO à Bamako », lit-on dans un communiqué du M5.

Selon le Mouvement contestataire du régime déchu, cette déclaration prouve que des leaders du Cadre sont « en mission commandée » contre leur propre pays pour « des raisons inavouables ».

L’échec du régime déchu

Le M5-RFP estime que les « Maliennes et Maliens n’ont pas les mémoires si courtes » que les responsables du « Cadre » le croient.

Les membres du M5 ont rappelé que sous le régime déchu, « les massacres les plus horribles [ont été] perpétrés contre des civils désarmés avec des villages incendiés, des femmes éventrées, des vieillards tués, le bétail emporté, les greniers brûlés… ». Ce mouvement hétéroclite rappelle également la désertion d’une bonne partie du territoire national par l’administration, sous l’ancien régime. Une période durant laquelle des leaders du « Cadre » étaient à la tête du pays.

Sous le règne d’Ibrahim Boubacar Kéïta (IBK), les leaders du M5 pointent aussi du doigt l’aggravation de « la corruption et des détournements à ciel ouvert des fonds destinés à l’acquisition de matériels et équipements militaires comme l’attestent les fameuses affaires : de Paramount, des blindés en carton, des détournements des primes et salaires de militaires, des avions payés, mais jamais livrés… , des hélicoptères cloués au sol… »

Pour eux, ceux qui sont aujourd’hui en course pour récupérer « les privilèges jamais perdus » ont oublié leurs conflits « avec toutes les forces syndicales significatives de notre pays ». Une situation qui a provoqué, d’après le Mouvement hétéroclite, des fermetures d’écoles suite aux grèves de la synergie, des hôpitaux fermés suite au scandale de rénovation et d’équipements pour les hôpitaux ainsi que la fermeture de marchés.

Toujours dans le même élan, le communiqué charge contre l’affaire des engrais frelatés qui a compromis des campagnes agricoles. Pour eux, c’est ce qui a engendré « une faim à large échelle ». Cette situation a également conduit à « l’exposition des Maliens au Covid 19 avec les détournements des fonds dédiés à la lutte contre cette pandémie, au scandale de l’achat de l’avion présidentiel », raconte la note d’information du M5-RFP.

Demander pardon au peuple

Selon le M5-RFP, les mêmes qui jouent aujourd’hui le rôle d’opposants ont échoué à organiser le Forum social pour apaiser le climat social, à mettre en œuvre les recommandations du Dialogue national inclusif, mener à terme la révision constitutionnelle et l’organisation des élections crédibles.

« Aujourd’hui, au lieu de demander pardon au Peuple malien qui a décidé de reprendre son destin en main, le “Cadre” se met au service de puissances étrangères pour saborder les efforts de reconquête de notre souveraineté nationale », déplore le M5-RFP qui se dit être conscient des difficultés que vivent les Maliens, notamment le « lourd héritage légué par le régime défunt et du contexte international ». Le M5 se dit engagé pour la réussite de la Transition, pour un Mali, debout et prospère.

Mohamed Camara

Mohamed Camara
Mohamed Camarahttps://saheltribune.com
Mohamed Camara est détenteur d’une licence en lettres modernes, décrochée en 2019 à la Faculté des lettres, des langues et des sciences du langage (FSL), Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB). Il évolue dans la presse, son métier de prédilection, depuis 2018. En 2021, il est certifié journaliste culturel suite à une formation de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ). Il a travaillé pour plusieurs journaux dont le projet Kéniéba Média dont il était le coordinateur, et lemalien.com. Il travaille actuellement pour Reflet d’Afrique (Journal hebdomadaire local de Bamako, depuis 2020) et Sahel Tribune (mai 2022). Mohamed Camara aime la lecture, la musique et les échanges interindividuels afin de mieux affiner ses connaissances.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières publications

Ségou’art : plus d’un millier de spectateurs à la Soirée nomade

Le premier concert géant, sur la grande scène du village de Festival, dénommée Soirée Nomade, a eu lieu, ce vendredi nuit, dans le cadre de la 19ème édition de Ségou'art.

Ségou’Art : les stands des exposants visités par le ministre Andogoly Guindo

Le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme a visité les œuvres d’art des artistes de différentes contrées, ce vendredi 3 février 2023, dans le salon d’exposition Bi Mali au village du Festival sur le Niger de Ségou.

Ségou’Art : les flashes sont désormais braqués sur la 19e édition

La 19e édition du Festival sur le Niger, désormais dénommé Ségou Art, a été officiellement lancé, jeudi 02 février 2023 dans la cité multiséculaire des Balazans, Ségou.

FESPACO : le Mali, pays invité d’honneur de l’édition 2023

Le FESPACO est prévu du 25 février au 4 mars 2023, à Ouagadougou, au Burkina Faso. Le Mali a été désigné comme pays invité d’honneur de cette célébration 28ème édition.
%d blogueurs aiment cette page :