Mali : Dr Oumar Mariko, victime de ses joutes verbales « agressives » ?

Date:

Share post:

Depuis  ses années estudiantines, Dr Oumar Mariko est reconnu pour son franc parler ainsi que ses joutes verbales souvent agressives. Incarcéré plusieurs fois, il est à nouveau interpellé.

Incarcéré le 7 décembre 2021 officiellement pour « injures grossières » à l’encontre du Premier ministre Choguel Kokalla Maïga, Oumar Mariko, président du parti Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance (Sadi), a bénéficié le 4 janvier 2022 d’une liberté provisoire.

Trois mois plus tard, cette figure de la scène politique malienne, ancien membre du Mouvement du 5 juin – Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), a été à nouveau interpellé. Une interpellation qui intervient suite à une sortie au cours de laquelle Oumar Mariko tire à boulets rouges sur les Forces armées maliennes de Défense et de sécurité en évoquant les possibles « exactions » que certains leur reprochent à tort ou raison dans certaines de leurs dernières opérations, notamment à Moura.

« Une révolution est à faire » ?

« Lorsqu’un peuple ne se sent pas libre chez soi, quand un peuple ne se sent pas maître de son destin, une révolution est à faire », a-t-il déclaré lors de son intervention au Panel de haut niveau organisé sur le 31 ans de démocratie au Mali. Qui a regroupé plus acteurs du mouvement démocratique malien de 1991.

Oumar Mariko est-il victime de ses joutes verbales souvent agressives contre les régimes qui se sont succédé depuis l’élection de l’ancien président Alpha Oumar Konaré ? Difficile de répondre ouvertement à cette question dans le contexte actuel du pays. Néanmoins, certains lui reprochent d’avoir soutenu le coup d’État de 2012 du capitaine bombardé Général (Amadou Haya Sanogo) et de critiquer maintenant le pouvoir de transition actuel au Mali.

Sahel Tribune

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Transport à Ségou : organiser le secteur des mototaxis pourvoyeur d’emploi

A Ségou, quatrième ville administrative du Mali, le secteur des engins à deux et trois roues à usage de taxi est en pleine expansion. Pourvoyeur d’emploi pour nombre de jeunes, le marché des mototaxis manque d’organisation.

Mahmoud Dicko au forum de Bamako : « nous sommes face à une impasse totale »

Longtemps passé sous silence, l'influent iman Mahmoud Dicko était invité hier à prendre la parole lors du lancement de la 22e édition du forum de Bamako. Se disant un peu sceptique au regard de la situation, mais très optimiste par nature, il a tenu à nouveau son habituel réquisitoire.

Centre du Mali : le légendaire vivre ensemble entre Dogons et Peuls en mal

Avec la crise sécuritaire au centre du Mali, le vivre ensemble est de plus en plus mis en mal, notamment entre Dogons et Peuls.

Gouvernance : au Mali, une nouvelle initiative pour la gestion des ressources humaines

Dans la gestion des ressources humaines de l’État et des collectivités territoriales, le Mali est confronté à d’énormes défis, notamment l’existence de travailleurs fantômes, la réalisation de plusieurs paiements pour les mêmes bénéficiaires, des paiements pour un travail non effectué
%d blogueurs aiment cette page :