Lutte contre la covid-19 : le Mali candidat au vaccin indien

Date:

Share post:

La course aux vaccins anti-covid bat son plein. Aucun pays n’entend rester à la traine. Alors que le déploiement des 600 millions de doses du mécanisme covax n’a pas encore commencé, le gouvernement malien annonce l’achat de plusieurs millions de doses de vaccins d’origine indienne.

Si l’année 2020 a été marquée par le déclenchement de la pandémie du coronavirus, 2021 pourrait être, quant à elle, marquée par la course aux vaccins anti-covid. En groupe ou individuellement, les États, riches comme pauvres, se lancent dans la course. Personne ne veut être le dernier, puisque tous veulent se montrer soucieux du bien-être de leurs populations.

Plus de 8 millions de doses pour le Mali

Au cours du conseil des ministres du jeudi 21 janvier 2021, la ministre de la Santé et du Développement social, Dr Fanta Siby, a rassuré les Maliens que 8 millions 444 mille 800 doses de vaccins seront achetées par le gouvernement malien. Cela, grâce à la contribution financière de l’Alliance mondiale pour les Vaccins et la Vaccination et la Banque Mondiale. Le coût de ces vaccins est évalué à 31 milliards 261 millions 580 mille francs CFA. Dr Siby précise que les premières doses « seront livrées en fin mars 2021 ». Le mois d’avril verra alors le démarrage de la vaccination au Mali.

« Selon le ministre de la Santé et du Développement social, cette campagne de vaccination concernera en premier le personnel médical, les personnes âgées d’au moins 60 ans, et les personnes vivant avec des maladies chroniques (comorbidités) », a indiqué la Cellule de communication du ministère de la Santé et du Développement social, vendredi 22 janvier 2021.

Vaccin d’origine indienne

Au cours d’un point de presse, vendredi dernier, Dr Siby a apporté plus de précisions sur ce vaccin. Selon ses mots, ce vaccin, pour lequel le Mali est candidat, est d’origine indienne. Il est conservable sous une température allant de +2 à +8 °C.

La ministre de la Santé et du Développement social reste persuadée que « ce vaccin contre la Covid-19 nous aidera à renforcer notre arsenal de guerre contre la Covid-19 ».

Pour une distribution rapide des vaccins anti-covid dans les pays n’ayant pas suffisamment de ressources, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et ses partenaires n’ont pas les bras croisés. Selon Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, « les agents de santé et les personnes vulnérables en Afrique ont besoin d’un accès urgent à des vaccins sûrs et efficaces contre le Covid-19 », a-t-on rapporté dans un communiqué du 21 janvier 2021 de l’OMS.

Le Covax, un espoir

L’espoir de l’OMS pour secourir les pays africains est surtout le mécanisme Covax qui « est en bonne voie pour commencer à fournir des doses de vaccin et commencer à assurer un accès mondial aux vaccins », d’après Thabani Maphosa, directeur général des programmes des pays GAVI. À travers ce mécanisme, le continent devra recevoir un maximum de 600 millions de doses au cours de cette année.

L’Union africaine [UA], dont la présidence tournante est assurée par l’Afrique du Sud, a obtenu 270 millions de vaccins anti-covid pour le continent. L’annonce a été faite, mercredi 13 janvier 2021. Entre avril et juin, 50 millions de doses seront déjà disponibles.

En dehors de cette commande collective, des pays ont engagé également des commandes individuelles. Tel est le cas de l’Algérie, qui a acheté le vaccin russe Spoutnik V ; du Maroc, qui a opté pour AstraZeneca et du chinois Sinopharm. Quant au Sénégal, celui-ci aurait annoncé être en discussion avec Sinopharm. Depuis le 30 décembre 2020, la Guinée Conakry a entamé des séances de vaccination contre cette pandémie de coronavirus, à titre expérimental, à l’aide du vaccin russe Spoutnik V.

Malgré cette course aux vaccins anti-covid, le respect des mesures barrières doit encore rester dans nos pratiques. Le port correct des masques, le lavage des mains, la distanciation physique sont assez importants pour vaincre cette pandémie.

Bakary Fomba

Bakary FOMBA
Bakary FOMBA
Né à Kounambougou (région de Koulikoro), Bakary Fomba est enseignant de formation. Journaliste-blogueur, membre de Doniblog, la Communauté des Blogueurs du Mali. Il est également contributeur à Benbere, plate-forme des blogueurs maliens. Il est présentement le Directeur de la rédaction du site web d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits saheltribune.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Journée mondiale de l’audition : la musique et les sons récréatifs exposent des milliards de personnes

Le 3 mars de chaque année, le monde commémore la Journée mondiale de l’audition. Cette année, le thème retenu est « Pour entendre à vie, ménageons notre audition ! » Des milliards de personnes risquent de souffrir de déficience auditive liée à la musique et aux sons récréatifs.

Commercialisation du lait maternisé : l’OMS et l’Unicef tirent la sonnette d’alarme

Dans un nouveau rapport collectif, rendu public le 23 février 2022 , l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef) tirent la sonnette d’alarme sur la commercialisation du lait maternisé

Afrique de l’ouest : un rapport conjoint met en lumière les impacts socio-économiques de la Covid-19

la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont présenté un rapport conjoint intitulé « Suivi sur les impacts de la Covid-19 en Afrique de l’ouest ».

La précarité menstruelle en Afrique subsaharienne : une question taboue

La question de la précarité menstruelle, c’est-à-dire de la difficulté pour des filles et des femmes à avoir accès à des protections hygiéniques, émerge depuis quelques années, notamment grâce aux médias.
%d blogueurs aiment cette page :