Libye : MSF invite les pays européens et nord-américains à évacuer les migrants bloqués

Date:

Share post:

Dans son rapport « Out of Libya », publié le 20 juin dernier, Médecins Sans Frontières (MSF) a lancé un appel aux pays européens et nord-américains à faciliter l’évacuation des migrants les plus vulnérables en Libye.

Ce 20 juin 2022, Médecins Sans Frontière a lancé un appel d’urgence aux pays européens et d’Amérique du Nord pour l’octroi d’une protection aux migrants vivant dans des conditions inhumaines en Libye. MSF insiste sur une évacuation urgente de ces personnes vulnérables bloquées en Libye à travers des mécanismes existants et l’ouverture des voies de sorties alternatives.

« En Libye, la grande majorité des exilés sont victimes de détention arbitraire, de torture et de violences, y compris sexuelles. Leurs possibilités de protection physique et juridique y sont extrêmement limitées et fragiles. En conséquence, la route migratoire, très souvent mortelle, via la mer Méditerranée, est parfois leur seule échappatoire », explique Claudia Lodesani, responsable des programmes en Libye pour MSF. 

« Nous pensons que les pays sûrs, notamment au sein de l’Union européenne, qui financent depuis des années les garde-côtes libyens et encouragent le retour forcé des migrants vers la Libye ont, au contraire, le devoir de faciliter la sortie et la protection, sur leur sol, de ces personnes victimes de violence ».

Rapport Out of Libya

Le MSF a publié un rapport dénommé Out of Libya, qui se penche sur les difficultés liées aux mécanismes de protection existants pour les personnes bloquées en Libye. Les simples voies de sortie autorisées vers les pays sûrs, initiés par le HCR et OIM sont inefficaces et restrictives, signale-t-on dans le rapport.

Seulement 1662 personnes sont parvenues à quitter la Libye en conformité avec les mécanismes de réinstallation du HCR sur environ 40 000 personnes inscrite, et à environ 3000 personnes via le programme de retour volontaire de l’OIM, indique le rapport Out of Libye du MSF. « Au total, on estime 600.000 le nombre d’exilés présents dans le pays », selon le MSF.

Le rapport a également présenté des solutions alternatives, notamment celles initié en collaboration avec les organisations de secours et les gouvernements.

« En Italie, un corridor humanitaire a déjà été ouvert et permet la sortie d’un certain nombre de personnes en situation de grande vulnérabilité et ayant besoin de protection, notamment des patients de MSF en Libye. Ce type de mécanismes doit pouvoir être dupliqué dans d’autres pays sûrs. En France, des discussions sont ainsi en cours avec les autorités afin d’évacuer notamment des survivants de torture, de violence et de détention, ainsi que des personnes présentant de graves pathologies médicales », se réjouit le MSF dans son rapport.

« La prise en charge médicale de personnes détenues arbitrairement et indéfiniment, ou à risque de subir des violences systématiques, pose de nombreux dilemmes. Nos possibilités d’actions sont, de fait, limitées. Pour réellement protéger les personnes les plus vulnérables, il faut avant tout, et de toute urgence, les sortir du système de détention et du pays », explique Jérôme Tubiana, responsable de plaidoyer en Libye pour MSF, dans une dépêche qui nous est parvenue.

A noter que le MSF est l’une des rares ONG internationales encore présentes en Libye.

Mohamed Camara

Mohamed Camara
Mohamed Camarahttps://saheltribune.com
Mohamed Camara est détenteur d’une licence en lettres modernes, décrochée en 2019 à la Faculté des lettres, des langues et des sciences du langage (FSL), Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB). Il évolue dans la presse, son métier de prédilection, depuis 2018. En 2021, il est certifié journaliste culturel suite à une formation de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ). Il a travaillé pour plusieurs journaux dont le projet Kéniéba Média dont il était le coordinateur, et lemalien.com. Il travaille actuellement pour Reflet d’Afrique (Journal hebdomadaire local de Bamako, depuis 2020) et Sahel Tribune (mai 2022). Mohamed Camara aime la lecture, la musique et les échanges interindividuels afin de mieux affiner ses connaissances.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Contre des « actes d’agression » français, le Mali « se réserve le droit de faire usage de la légitime défense »

Accusant la France d’« actes d’agression », le Mali a saisi le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU), à travers une lettre du 15 août. Le Mali dit qu’il « se réserve le droit de faire usage de la légitime défense » si les « activités considérées comme de l’espionnage » et des tentatives « d’intimidation » de la France persistent.

Tchad : deux soldats tués dans une attaque terroriste, près du lac Tchad

Ce lundi 15 août 2022, deux soldats tchadiens ont été tués par des djihadistes à Dabantchali, dans la région du lac Tchad, a annoncé le président tchadien, Mahamat Idriss Déby Itno.

Macky Sall : « Le Mali mérite le soutien de toute la communauté africaine et internationale »

En tournée sous-régionale, le président sénégalais Macky Sall s’est rendu au Mali, ce lundi 15 août 2022. À sa descente d’avion, vers 10 h 20, il a été accueilli par son homologue malien de la transition, colonel Assimi Goïta, à aéroport international président Modibo Kéïta de Bamako-senou. Le président sénégalais a invité à soutenir le Mali.

Gestion des prisons maliennes : des régisseurs formés sur les bonnes pratiques

Le CICR, depuis 2013, a contribué financièrement aux travaux de réhabilitation et d’équipements des établissements pénitentiaires, à travers le Mali, pour un coût évalué à « près de 900 000 000 de franc CFA. »
%d blogueurs aiment cette page :