Home Actualités Football malien : le grand déballage

Football malien : le grand déballage

0 comment 394 views

Les péripéties au sein de la sélection nationale malienne de football continuent de faire des vagues. Entre déclarations controversées et décisions drastiques, la FEMAFOOT se retrouve au cœur de la tempête médiatique.

Ah, le football ! Ce sport qui nous rassemble, qui nous passionne et qui nous fait vibrer au rythme des exploits de nos Aigles. Mais aujourd’hui, parlons d’un autre match, celui qui se joue en dehors des terrains, entre les joueurs et les instances dirigeantes. Et oui, même nos vaillants footballeurs ne sont pas à l’abri des péripéties administratives et des maladresses de communication.

Peut-on vraiment blâmer Hamari Traoré ?

Le 11 juin dernier, le capitaine des Aigles, Hamari Traoré, a fait une déclaration tonitruante sur les réseaux sociaux. Quelques heures avant un match crucial contre Madagascar, il a lâché : « Encore une nouvelle situation chaotique pour notre sélection malienne. Nos joueurs ont dû subir un véritable périple pour arriver à Johannesburg seulement quelques heures avant un match capital. Nous avons de fortes ambitions pour la Coupe du Monde, mais ces conditions ne nous mettent pas, nous les joueurs, ainsi que le staff, dans les meilleures dispositions pour jouer des matchs aussi cruciaux pour notre nation. Nos dirigeants doivent prendre leurs responsabilités, nous écouter et comprendre l’enjeu capital de la préparation de ces matchs, ô combien important pour notre peuple. Nous sommes des joueurs de football mais nous sommes avant tout des humains. »

Une déclaration qui, comme on pouvait s’y attendre, n’a pas laissé de marbre le Comité exécutif de la Fédération malienne de Football (FEMAFOOT). Le 13 juin 2024, le Comité a publié un communiqué rappelant à tous le « devoir de réserve » inhérent au port du maillot national. En gros, messieurs les joueurs, taisez-vous et jouez. 

Mais soyons honnêtes, peut-on vraiment blâmer Hamari Traoré ? Il a parlé avec le cœur, exprimant le ras-le-bol des joueurs face à une organisation pour le moins… désordonnée. Après tout, courir après un ballon est déjà assez difficile sans avoir à courir après un avion. 

Les joueurs ne sont pas des pions qu’on déplace

Et comme si cela ne suffisait pas, le même jour, la FEMAFOOT annonce, dans un autre communiqué, la fin de la collaboration avec l’entraîneur de l’Équipe nationale séniore, Eric Sekou Chelle. Une décision « unanime » prise lors d’une session extraordinaire. On remercie poliment l’entraîneur pour ses efforts, et on passe à autre chose. Voilà, c’est réglé, suivant !

Cette situation n’est pas sans rappeler ces matchs où tout semble aller de travers : les passes ne passent pas, les tirs ne tirent pas, et les supporters crient leur frustration. Mais ici, ce ne sont pas des ballons qui manquent la cible, ce sont des décisions qui manquent de bon sens et de communication.

Hamari Traoré et ses coéquipiers ont besoin de sentir que leurs efforts et sacrifices sont reconnus et soutenus, non seulement par les supporters, mais aussi par les dirigeants. La transparence et l’écoute sont essentielles, surtout lorsqu’on ambitionne de briller sur la scène internationale. Les joueurs ne sont pas des pions qu’on déplace à volonté, ce sont des athlètes qui, pour donner le meilleur d’eux-mêmes, ont besoin d’un minimum de respect et de considération.

Éviter les prochains cartons rouges administratifs

Alors oui, Hamari a peut-être enfreint le sacro-saint devoir de réserve, mais il a aussi mis le doigt sur une réalité que beaucoup préfèrent ignorer. Le football, ce n’est pas seulement 90 minutes sur le terrain, c’est aussi tout ce qui se passe en coulisses. Et quand les coulisses sont mal gérées, c’est tout le spectacle qui en pâtit.

Finalement, ce nouvel épisode de la saga FEMAFOOT nous rappelle que, comme dans toute équipe, la cohésion et la communication sont primordiales. Espérons que cette petite tempête sur les réseaux sociaux incitera les dirigeants à revoir leur stratégie et à mieux écouter leurs joueurs. Parce qu’après tout, c’est ensemble, en équipe, que l’on gagne des matchs. Et avec un peu de chance, on pourrait même éviter les prochains cartons rouges administratifs.

Younouss 

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate