Fête de l’armée : le président malien évoque la relecture de certains accords

Date:

Share post:

À l’occasion du 61e anniversaire de l’armée malienne, dans un discours télévisé, le 19 janvier 2022, le président de la transition, col. Assimi Goïta, a évoqué la relecture de certains accords de coopération militaire.

La crise diplomatique entre Bamako et Paris ne faiblit point. Alors que le Mali subit des sanctions de la Cédéao et de l’Uemoa, soutenues par la France, la révision du Traité de coopération militaire, qui lie les deux pays, serait demandée par les autorités maliennes de la transition. La demande aurait été soumise à la France par le gouvernement malien, le 16 décembre 2021, quelques années après son application.

Corriger les insuffisances

Dans son traditionnel discours, à l’occasion du 20 janvier, fête de l’armée, le président malien de la transition, le Colonel Assimi Goïta, a souligné la nécessité de relire certains accords de coopération militaire. « Par une analyse objective du contexte actuel et en tenant compte des intérêts vitaux de notre pays, nous avons demandé la relecture de certains accords de coopération militaire », a-t-il indiqué tout en précisant : « Dans le même temps, de nouveaux accords ont été signés, toujours avec comme objectif essentiel, la sécurisation des Maliens et de leurs biens ».

Quelques jours avant, le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, dans une interview accordée à l’ORTM, le 15 janvier dernier, a justifié cette volonté de relire certains accords par le déséquilibre qui les caractérise. « Nous voulons relire les accords déséquilibrés qui font de nous un État qui ne peut même pas survoler son territoire sans l’autorisation de la France », a-t-il indiqué.

L’objectif des autorités maliennes de la transition serait de corriger les insuffisances constatées dans la mise en œuvre de ce Traité et de clarifier davantage les obligations des Parties par rapport aux objectifs recherchés.

Remplacer tous les accords de coopération

Ce Traité, dont la révision est au cœur des actualités, conclu à Bamako, le 16 juillet 2014, entre la République du Mali et la République française, avait abrogé l’Accord de coopération militaire et technique, signé entre les deux pays, le 6 mai 1985 à Bamako, nous a confié une source digne de foi.

Selon la même source, à l’issue du processus de relecture, « le Traité amendé abrogera et remplacera tous les accords de coopération en matière de défense, antérieurs, et les arrangements subséquents conclus entre la République du Mali et la République française ».

Sahel Tribune

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Au Mali, l’élaboration de la politique de sécurité nationale tend vers sa finalisation

Au Mali, l’élaboration de la politique de sécurité nationale, initiée depuis 2014, tend vers sa finalisation. Un atelier de haut niveau s'est tenu du 26 au 27 mai à Koulouba pour discuter et clarifier des concepts du projet.

Transport à Ségou : organiser le secteur des mototaxis pourvoyeur d’emploi

A Ségou, quatrième ville administrative du Mali, le secteur des engins à deux et trois roues à usage de taxi est en pleine expansion. Pourvoyeur d’emploi pour nombre de jeunes, le marché des mototaxis manque d’organisation.

Mahmoud Dicko au forum de Bamako : « nous sommes face à une impasse totale »

Longtemps passé sous silence, l'influent iman Mahmoud Dicko était invité hier à prendre la parole lors du lancement de la 22e édition du forum de Bamako. Se disant un peu sceptique au regard de la situation, mais très optimiste par nature, il a tenu à nouveau son habituel réquisitoire.

Centre du Mali : le légendaire vivre ensemble entre Dogons et Peuls en mal

Avec la crise sécuritaire au centre du Mali, le vivre ensemble est de plus en plus mis en mal, notamment entre Dogons et Peuls.
%d blogueurs aiment cette page :