Billet. Vie de couple : après analyses de son conjoint, Alima sort blanchie d’une fausse stérilité

Date:

Share post:

Au Mali, lorsque le couple peine à avoir des enfants, c’est la femme qui est généralement tenue pour seule responsable. Alors que le problème peut aussi venir de l’homme. Dans ce billet fictif, Mariam nous raconte l’histoire d’Alima et Binafa.

Marié depuis dix ans, le couple Alima-Binafa attend toujours le premier fruit de leur union. Alima n’est jamais tombée enceinte durant cette décennie de mariage. Son rêve, comme beaucoup de jeunes mariées, est d’être mère au foyer. Ce rêve s’est malheureusement transformé en un cauchemar pour la jeune dame, âgée de 28 ans.

Poids des préjugés

« Je me couche fréquemment, la nuit, sans réussir à fermer les yeux », raconte très souvent la jeune Alima à ses amies, qui venaient de temps en temps papoter avec elle dans son grand salon, bien parfumé. Comment pourrait-elle dormir ?

Au départ, Alima a toujours bénéficié l’accompagnement de sa belle-famille. Celle-ci constituait pour elle un grand soutien moral. Elle l’aidait énormément dans ses traitements. Mais, par fini, elle est devenue la risée publique. « Mon mari, ses petites sœurs, mes beaux-parents, tous me stigmatisent. Ils estiment que je refuse de faire des enfants à Binafa », déplore-t-elle.

Selon ses dires, elle est victime de plusieurs préjugés. Certains « estiment même que j’utilise des méthodes de planification familiale afin de ne pas avoir d’enfants pour mon mari », nous rapporte-t-elle en fondant en larme.

Binafa, sous la pression de ses parents, finit par convoler en secondes noces. Depuis ce mariage, celui-ci s’est détourné d’Alima, qui n’a plus de soutien dans la famille. Toutefois elle décide d’y rester et se battre pour son amour.

Résultat des analyses

Comme on dit généralement, « après la pluie, le beau temps ». Trois ans après ce second mariage, Binafa n’a toujours pas d’enfants. Des mésententes s’installent entre lui et sa seconde épouse, qui n’hésite pas à l’insulter en le qualifiant « d’incapable ».
Le jeune homme finit par se convaincre de l’imminence d’une analyse médicale. Les résultats sont sans conteste. Binafa souffre, il est malade. « Le résultat du spermogramme m’a à la fois inquiété et donné un ouf de soulagement », explique Alima, qui a longuement remercié Dieu d’avoir permis que la vérité éclate au grand jour.

Ce résultat des analyses Binafa a été le début du bonheur de la jeune Alima. Elle est désormais la bien-aimée de la famille. Elle la considère maintenant comme une femme exemplaire.

Mariam

__________________________________________________

Les noms utilisés dans cet article sont des emprunts. Toute ressemblance n’est qu’une pure coïncidence.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Affaires des 46 soldats ivoiriens : « L’option diplomatique demeure la plus efficace », selon le politologue Ballan Diakité (interview)

La crise diplomatique entre le Mali et la Côte d’Ivoire, née le 10 juillet dernier suite à l’arrestation de 49 militaires ivoiriens, continue de susciter de nombreux commentaires de part et d’autre. Les deux pays s’attaquent continuellement à travers des communiqués officiels au point que le dialogue devient de plus en plus difficile pour la libération des soldats détenus à Bamako.

62e anniversaire d’indépendance : « Le Mali recouvre petit à petit sa souveraineté » (micro-trottoir)

Au Mali, le 62e anniversaire d’indépendance est placé sous le signe de l’union dans la souveraineté retrouvée. Nombreux sont les Maliens qui se disent satisfaits de la gouvernance actuelle et estiment que le colonel Goïta se trouve sur la voie tracée par le premier président Modibo Kéïta.

Économie locale : ULPK-Dioïla, une Union agroécologique qui promeut la politique genre [Interview]

Adama Diarra est détenteur d’un Master en gestion de projet et d’une maîtrise en géographie aménagement. Après plusieurs fonctions au sein des Organisations non gouvernementales (ONG), il est actuellement le Coordinateur technique de l’Union locale des productrices de beurre de karité de Dioïla (ULPK-Dioïla). Une union agroécologique qui promeut la politique genre.

Patriotes, soyez bénis ! (Éditorial)

Le pronunciamiento du 18 août 2020 leur a permis, depuis deux ans, à reprendre l'initiative historique inscrite dans l'exigence de recouvrer la souveraineté totale et entière de leur pays.
%d blogueurs aiment cette page :