Home ChroniquesBillet d'humeur [Billet d’humeur] Un tango diplomatique sous le ciel de Bamako 

[Billet d’humeur] Un tango diplomatique sous le ciel de Bamako 

0 comment 132 views

Sous le ciel éblouissant de Bamako, l’aéroport international Président Modibo Kéïta a récemment joué le rôle d’une toile vivante, dansant aux couleurs du Niger et du Mali pour accueillir le chef d’État nigérien en grande pompe. Bien plus qu’une simple célébration visuelle, cet événement est un tango diplomatique, une danse entre nations sahélo-sahariennes qui tentent de coordonner leurs pas dans une harmonie délicate.

Le Général Tiani, président du Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP), a décidé de faire de cette sortie sa première aventure internationale depuis son accession au pouvoir en juillet 2023. Un choix audacieux, mais pourquoi pas ? C’est au Mali que les dés ont été jetés. Depuis le changement politique de juillet, le Mali et le Niger ont scellé leur alliance au sein de l’Alliance des États du Sahel (AES), une réponse tripartite à la menace du terrorisme. C’est ce qui donne à ce ballet diplomatique une gravité particulière, au-delà des feux d’artifice.

On parle de développement économique

Bamako, véritable scène des négociations, est en ébullition depuis le 23 novembre, les ministres des Affaires étrangères et de l’Économie s’y donnant rendez-vous. On parle de développement économique dans l’espace du Liptako-Gourma, d’accélérer le processus d’intégration économique et financière. Rien de tel pour donner du piquant à une rencontre, n’est-ce pas ? On pourrait presque imaginer les ministres de l’Économie en costumes de super-héros, prêts à sauver l’économie de la région.

Pendant ce temps, les ministres des Affaires étrangères, probablement armés de stylos et de diplomatie, se réuniront le 30 novembre pour décider des règles du jeu. Protocoles additionnels, organes à mettre en place, mesures politiques, coordination diplomatique… autant de termes qui rendent ce ballet diplomatique aussi complexe qu’une partition de musique classique.

Cette danse entre nations a lieu dans un contexte où la lutte contre le terrorisme s’intensifie, illustrée par la reprise de Kidal par l’armée malienne. On pourrait presque sentir la tension dans l’air, une énergie électrique de coopération et de détermination à éradiquer les menaces communes.

Une symphonie complexe

Le Mali et le Niger, un duo sahélo-saharien partageant des réalités économiques et socioculturelles communes, sont en train de réécrire l’histoire de leur collaboration. De la Grande Commission Mixte de Coopération en 1979 à la création récente de l’Alliance des États du Sahel, ces nations sont déterminées à faire de leur partenariat une success-story.

Alors que la coopération bilatérale traverse des périodes difficiles sur le plan socioéconomique, les nouvelles autorités nigériennes offrent une lueur d’espoir. La 8ème Session de la Grande Commission Mixte de Coopération est programmée en décembre 2023, et l’on attend avec impatience la réaction des Autorités nigériennes.

Ce ballet diplomatique sous le ciel de Bamako est bien plus qu’un simple spectacle de feux d’artifice politique. C’est une symphonie complexe, un pas de danse délicat entre nations déterminées à coopérer malgré les défis. Espérons que ce tango diplomatique marque le début d’une ère de coopération renforcée, où le Mali et le Niger, main dans la main, danseront vers un avenir de prospérité partagée et d’unité renouvelée.

F. Togola 

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate