A Koulouba, Assimi Goïta a procédé à la montée des couleurs sans discours

Date:

Share post:

La cour du Palais présidentiel de Koulouba a servi de cadre, lundi 2 septembre, à la cérémonie mensuelle de la montée des couleurs. Retour sur cette deuxième édition présidée par le chef de l’État, le col. Assimi Goïta.

« L’Union fait la force ». Cet adage, le chef de l’État malien, le colonel Assimi Goïta semble l’avoir bien assimilé. Raison pour laquelle, « sur chaque mètre carré du territoire national », il ne manque aucunement l’occasion à rassembler les Maliens autour de cet idéal. Un témoignage qu’il a rendu lors de son investiture en rappelant aux Maliens la nécessité pressante de l’Union sacrée autour de la patrie.

Sobre et modeste

Cette volonté caractérise la quasi-totalité des actions que pose le Président de la Transition. Depuis son arrivée au palais présidentiel de Koulouba, il a institué une cérémonie mensuelle de montée des couleurs, en août dernier. Un lieu de communion entre les membres placés sous son magister, de témoignage de l’amour pour la patrie, de cohésion sociale et de paix durable.

Cette tradition, le locataire de Koulouba entend la pérenniser. En tout cas, tant qu’il demeurera à la tête de l’État malien. 

En Pick-up, drapé dans sa tenue militaire, le président Goïta a pris part à la cérémonie de montée des couleurs du lundi 6 septembre 2021, la deuxième depuis l’institution de cette pratique. Toujours dans son calme, sa sobriété et sa modestie, il se met en garde-à-vous pour le démarrage de la cérémonie, qui ne durera que le temps du chant de l’hymne national du Mali.

Theoria versus praxis

Tout comme pour la première, le chef de l’État s’est abstenu d’un quelconque discours lors de cette deuxième édition, bien vrai que cela était l’attente de la grande majorité des journalistes venus couvrir l’événement. Mais quoi de plus normal qu’une telle abstention, si nous savons que trop de discours tuent l’action et que trop de discours ont été tenus dans ce pays sans que rien ne change.

Le Colonel Goita, homme de terrain, d’action, aurait choisi plutôt de garder sa posture de militaire. Un corps qu’on qualifie de « grande muette ». « Agir d’abord, ensuite on bavardera » semble être le slogan de celui que des Maliens surnomment à tort ou à raison « Rambo ». Rendez-vous est donc pris au mois d’octobre prochain, pour la troisième édition de la montée des couleurs.

L.R

Sahel Tribune
Sahel Tribunehttps://saheltribune.com
Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Mahmoud Dicko au forum de Bamako : « nous sommes face à une impasse totale »

Longtemps passé sous silence, l'influent iman Mahmoud Dicko était invité hier à prendre la parole lors du lancement de la 22e édition du forum de Bamako. Se disant un peu sceptique au regard de la situation, mais très optimiste par nature, il a tenu à nouveau son habituel réquisitoire.

Gouvernance : au Mali, une nouvelle initiative pour la gestion des ressources humaines

Dans la gestion des ressources humaines de l’État et des collectivités territoriales, le Mali est confronté à d’énormes défis, notamment l’existence de travailleurs fantômes, la réalisation de plusieurs paiements pour les mêmes bénéficiaires, des paiements pour un travail non effectué

Lettre ouverte d’un citoyen malien d’Afrique à Macron : repartir sur de nouvelles bases avec le Mali et l’Afrique

Dans cette lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron, signée le 16 mai courant et soumise ce 23 mai à notre rédaction, Tidiani Togola, fondateur et directeur exécutif de Tuwindi, exhorte le président français à faire de sa réélection « une opportunité pour réorienter les relations de [son] pays avec ses partenaires en Afrique ». Nous vous livrons le contenu de sa lettre ouverte.

Œuvres sociales à Kita, au Mali, la communauté chrétienne bénéficie de deux forages d’eau 

Grâce à l’initiative du président malien de la transition d'allouer les deux tiers de son fonds de souveraineté aux œuvres sociales, la communauté catholique de Kita a bénéficié de deux infrastructures hydrauliques, le 9 mai dernier. 
%d blogueurs aiment cette page :