Le racisme, une pathologie contre-nature

Le racisme, une pathologie contre-nature
file 20200610 34705 10ez4sd

Le monde a enfin décelé le vrai visage des prétendus défenseurs des droits de l’homme. En ce 21èmesiècle, des gens s’adonnent à des violences au nom d’une prétendue « race » supériorité raciale. C’est une telle survalorisation de « race » qui pousse des gens d’esprits faibles à tuer leurs semblables. De ce phénomène, on peut déduire comme cause, la peur de voir sa « race », réputée la meilleure, rejetée par l’autre. D’ailleurs, quelle importance de croire que sa « race » serait meilleure à celle de l’autre ?

Le racisme peut être compris comme une idéologie selon laquelle une race se croit supérieure à une autre. Mais, cette mentalité n’est qu’une ignorance pathologique, qui pousse les racistes à tuer. Elle est en principe, un signe d’infériorité manifeste. Infériorité du raciste par rapport à la prétendue bête sauvage qu’il tue juste pour faire valoir la couleur de sa peau.  

Unicité des races

Tuer l’autre qui n’est pas de la même « race » que moi est une infériorité manifeste de la part du raciste. Infériorité au niveau de l’évolution de la connaissance humaine, infériorité en humanité, infériorité au niveau de la capacité de comprendre que tous les hommes sont frères par le seul fait qu’ils appartiennent tous au genre humain.

Concernant cette question de l’unicité de l’humanité possédant les mêmes capacités intellectuelles, le professeur Cheikh Anta Diop nous explique :

Quelle que soit son apparence, il peut y avoir des situations de fortune, de changement dans l’évolution des conditions de vie. Mais les capacités de cette humanité sont les mêmes. Et l’anatomie du cerveau a prouvé ceci. On n’a jamais trouvé depuis qu’on le cherche, des différences anatomiques au niveau de la structure du cerveau et en particulier au niveau de lobe antérieur du cerveau qui permet surtout de distinguer l’homme de Neandertal de l’Homo sapiens sapiens. On a cherché des différences significatives qui soient susceptibles d’être interprétées en termes de hiérarchisation et on n’a jamais pu en trouver[1].

À ceci ce chercheur sénégalais ajoute : « Toutes les races ont les mêmes capacités, et toutes les races ont la même origine. Ceci aussi doit amener l’humanité à se mettre dans des dispositions plus favorables pour la fraternisation. »[2]

Ces éléments ci-dessus énumérés sont quelques éléments qui nous permettent de comprendre l’infériorité d’esprit du raciste qui ne réussit point à comprendre que toutes les races se valent.  

Réclamer justice par humanisme

Dans un monde qui se dit civilisé, où les humains sont soumis à des règles (lois), il serait tout à fait normal que justice soit rendue aux victimes de ces pratiques sordides. Et pour rendre justice dans ces genres de situations, il serait tout à fait humain que cette justice soit réclamée.

Ce sont les gens de la même couleur de peau que le raciste, qui doivent, dans les normes, réagir en réclamant justice pour les victimes. À moins qu’ils ne soient en connivence avec le tueur ! Dans un monde où les humains sont humains entre eux, que des blancs se mobilisent pour qu’un autre blanc raciste soit puni, cela ne doit pas être vu comme une chose extraordinaire. Qu’ils réclament que justice soit rendue dans ces genres de situations, cela relève de la catégorie des impératifs. Il faut qu’ils le fassent !

Complicité des autorités américaines blanches !

            Mais dans certaines situations où ce sont les gens de la même « race » que la victime qui se soulèvent pour dénoncer haut et fort le racisme, et souhaitent que justice soit rendue aux victimes du racisme, comme le cas actuel des noirs américains, et quelques blancs qui se soulèvent pour que justice soit rendue à George Floyd, asphyxié le 25 mai 2020 par un policier vampire, est un fait qui ne sort nullement de l’ordinaire.

Cependant, que les autorités américaines blanches s’abstiennent jusque-là de réagir malgré les soulèvements des Américains noirs en particulier et du monde entier en général, cela peut sous-entendre une complicité manifeste de leur part. Et la question qui vient en tête, suite à ces exactions et le silence effroyable des autorités américaines, est la suivante : leur silence n’implique-t-il pas une coopération implicite, voire même explicite ?

En tout cas, prétendre dénoncer le racisme sans pourtant manifester des signes de mécontentement à la manière des Américains noirs pourrait être synonyme de complicité de la part des autorités américaines blanches.

Le racisme est une ignorance, une maladie, un cancer qui ronge les gens qui s’adonnent à cette pratique sordide et abominable. En ce qui concerne le cas des États-Unis d’Amérique qui prétendent être le pays défenseur des droits de l’homme, où un policier qui porte tous les jours les insignes de cette nation s’adonne à ces sortilèges au su et au vu de tout le monde, est un signe de décadence du degré d’humanité des autorités américaines, en particulier, et des blancs qui se plaisent dans cette situation en général.

D’ailleurs, nous pouvons dire que les Américains blancs sont ingrats envers les noirs américains. L’ingratitude, la non reconnaissance des blancs américains envers les noirs s’explique par le fait qu’ils semblent oublier que ce sont les noirs — et des Africains noirs de surcroît, qu’on transportait lors de la traite des noirs, dans les chantiers et champs américains — qui ont bâti les États-Unis d’Amérique. Les bras valides africains ont été arrachés de force à l’Afrique pour construire l’Amérique, c’est-à-dire pour faire des États-Unis d’Amérique ce qu’ils sont aujourd’hui. Une chose que les Américains blancs semblent jeter dans des oubliettes aujourd’hui. Hélas ! Ce qui nous amène à porter un jugement sur le degré d’humanité, de moralité des gens qui s’adonnent à ces pratiques inhumaines. Sont-ils vraiment humains ? Considèrent-ils les nègres comme leurs frères avec lesquels ils partagent l’humanité ?

Des questions à vraiment méditer en ce 21e siècle !

Hommage à George Floyd et à toutes les victimes du racisme !

Oumar DJOURTHE, étudiant à L’École Normale supérieure (E.N.Sup) de Bamako


[1] Cheikh Anta DIOP, propos rapportés dans l’émission « Archives d’Afrique » sur RFI dans la série consacrée à lui par le journaliste Alain FOKA.

[2] Op. cit.

Sahel Tribune

Sahel Tribune est un site d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits, crée en 2020 au Mali, sous le nom Phileingora. C’est en 2021 que ce nom bascule vers Sahel Tribune afin d’offrir un contenu plus adapté à nos lecteurs et partenaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

%d blogueurs aiment cette page :