Prévention du paludisme : le premier médicament africain approuvé par l’OMS

Date:

Share post:

En vue de prévenir le paludisme chez la femme enceinte et le nourrisson, l’OMS a approuvé un premier médicament de qualité fabriqué en Afrique.

Une étape importante vient d’être franchie en Afrique dans la prévention du paludisme chez les femmes enceintes et les enfants grâce au soutien de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette organisation, avec le soutien de l’organisation « Medicines for Malaria Venture » (MMV) et d’Unitaid, vient d’attribuer une certification au fabricant kényan « Universal Corporation Ltd » (UCL) pour la production locale d’un traitement de qualité du paludisme à base de l’association sulfadoxine-pyriméthamine (SP).

« Jusqu’à présent, le continent reposait entièrement sur les importations pour son approvisionnement en SP de qualité », explique-t-on dans un communiqué qui précise que le manque de production locale de médicaments de qualité en Afrique a été mis en évidence en 2020 par la pandémie de Covid-19, explique MMV, un « partenariat pour le développement de produits » (PDP) dans le domaine de la recherche et de l’élaboration de médicaments antipaludiques.

La sécurité des personnes

« Renforcer la production locale de médicaments là où les besoins sont les plus importants est essentiel pour bâtir des réponses sanitaires plus robustes et plus résilientes », a déclaré le docteur Philippe Duneton, directeur exécutif d’Unitaid, qui souligne qu’environ 95 % de tous les cas et décès imputables au paludisme à travers le monde surviennent en Afrique. Les femmes enceintes et les enfants sont les plus frappées. « 80 % de tous les décès dus au paludisme en Afrique surviennent chez des enfants âgés de moins de cinq ans », a indiqué MMV dans son communiqué.

Cette assurance de qualité, octroyée à ce produit, ouvre de nouvelles voies d’approvisionnement pour les partenaires mondiaux de mise à l’échelle. Ce qui permettra d’améliorer l’accès à ce médicament antipaludique et de renforcer la capacité de l’Afrique à lutter contre les maladies endémiques. « La production de médicaments de qualité sur le continent est essentielle, non seulement pour la sécurité des personnes qui y vivent, mais également pour soutenir l’approvisionnement régional et la diversification de la production mondiale des médicaments », estime MMV.

Message aux chercheurs et aux fabricants

« UCL s’engage à fournir les médicaments de qualité dont les populations du continent africain ont le plus besoin. Nous sommes non seulement la première entreprise pharmaceutique à recevoir une préqualification pour l’association sulfadoxine-pyriméthamine en Afrique, mais également l’un des seuls fabricants du continent (cinq en tout) à avoir reçu cette certification de qualité pour un produit », a précisé Perviz Dhanani, fondateur et directeur général d’UCL.

Les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (« Africa CDC » en anglais) ont salué cette préqualification accordée par l’OMS à l’association sulfadoxine-pyriméthamine d’Universal Corporation Ltd.

Selon David Reddy, PDG du MMV, « les chercheurs et les fabricants des pays les plus touchés par le paludisme doivent jouer un rôle de premier plan dans les efforts d’éradication de la maladie ».

Chiencoro Diarra

Chiencoro
Chiencorohttps://saheltribune.com
Chiencoro a plusieurs années d'expérience dans la presse écrite et le blogging au Mali. Il est présentement journaliste-reporter à Sahel Tribune.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

CANAM : La liste des produits pharmaceutiques AMO révisée !

La Direction Générale de la CANAM a mis en place une commission technique chargée de la mise à jour de la liste des médicaments. Dans le souci de la rendre plus inclusive, la CANAM a organisé un atelier de validation de la liste des médicaments avec la participation de tous les acteurs impliqués, notamment les sociétés savantes.

Gao : après des mois de rupture, une première livraison de médicaments annoncée

Depuis mai 2022, les groupes armés terroristes avaient imposé un blocus sur l’axe Douentza-Hombori. Une situation qui avait entraîné une pénurie de médicaments dans les pharmacies et centres de santé de référence tributaires de ce tronçon. Les populations de Gao, Kidal et Ménaka étaient les plus affectaient par ce blocus.

Interdiction de la chicha : comment les Maliens apprécient-ils la décision ?  

L’interdiction de la consommation et de la commercialisation de la chicha en République du Mali défraie la chronique, depuis quelques jours. Cette décision du gouvernement est diversement appréciée par les Maliens.

[Récit] L’appui du CICR au centre de santé de Kidal sauve la petite Aminate

Dans la région de Kidal, au Mali, le CICR apporte son appui au seul centre de Santé de référence faisant office d’hôpital dans la ville. Témoignage d'Aïcha qui, pour soigner sa fille Aminate, a dû faire face à une odyssée sinistre.
%d blogueurs aiment cette page :