Mali : les ex-députés loin d’avoir dit leur dernier mot !

Date:

Share post:

Les ex-députés de la 6e législature du Mali ont tenu, mardi 2 février 2021, à la Maison de la Presse, un point de presse. Peinant à gober leur démission forcée, ils réclament le rétablissement de leur institution et exigent la dissolution du Conseil National de Transition (CNT), organe législatif installé après la dissolution de l’Assemblée nationale au lendemain des évènements du 18 août dernier.

Cinq (5) mois après la dissolution de l’Assemblée nationale par l’ex-président Ibrahim Boubacar Keita, les membres de cette institution sont loin d’être prêts à digérer leur démission. Pour exiger le rétablissement de cette Assemblée et la dissolution du CNT, ils envisagent conduire, avec d’autres mouvements ou associations du pays, d’autres actions.

Espérant avoir gain de cause, ces anciens députés viennent de tenir leur 3e point de presse à travers lequel ils ont fait part de leurs préoccupations quant à l’avenir du pays, manifesté leur mécontentement face à la dissolution de cette institution. Une dissolution qu’ils considèrent comme anticonstitutionnelle. D’où leur demande de rétablissement à leur fonction de député.

Un « désordre juridico-constitutionnel »

L’existence de la Constitution du 25 février 1992 en même temps que l’Acte fondamental du 24 août 2020 et la Charte de la Transition du 12 septembre 2020 est un « désordre juridico-constitutionnel », estiment-ils. Toute chose, selon eux, qui donne la possibilité « aux acteurs du désordre de choisir selon les événements et les situations le texte qui les arrange. »

« Tout part du peuple et tout revient au peuple », ont-ils déclaré. « À force de cacher la vérité, on finira par perdre », ont-ils également rappelé pour signaler qu’il revient au peuple malien de faire sortir le pays du « gouffre ».

Ils rappellent que l’article 36 de la Constitution précise qu’« un président démissionnaire ne peut dissoudre aucune institution. »

Demander les suffrages de leur mandat

Malgré l’adoption d’une démarche « patriotique, pacifique et sage », demandant des pourparlers avec les autorités de la transition en vue d’une transition apaisée, « toutes nos différentes tentatives n’ont donné que du mépris et du ridicule », ont-ils déploré.

Les députés de la 6e législature se disent prêts à lancer le mot d’ordre à leurs bases respectives dans les 49 circonscriptions électorales afin de revendiquer les suffrages de leurs mandats.

Le CNT, organe « illégal et illégitime », selon les députés spoliés, comme ils se nomment,n’est « pas une émanation du peuple ».

À titre de rappel, l’Assemblée nationale a été dissoute lors des événements du 18 août 2020 par l’ancien chef de l’État.

Bakary Fomba

Bakary FOMBA
Bakary FOMBA
Né à Kounambougou (région de Koulikoro), Bakary Fomba est enseignant de formation. Journaliste-blogueur, membre de Doniblog, la Communauté des Blogueurs du Mali. Il est également contributeur à Benbere, plate-forme des blogueurs maliens. Il est présentement le Directeur de la rédaction du site web d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits saheltribune.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Gouvernement de transition : le retour de Choguel Kokalla Maïga annoncé

Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, a été reçu, ce vendredi 25 novembre 2022, par le président de la transition, le colonel Assimi Goïta. Le retour du Premier ministre à la tête du gouvernement de transition est attendu dans les prochains jours. 

 Sommet des dirigeants États-Unis–Afrique : vers une coopération accrue sur les priorités mondiales communes 

Le Sommet des dirigeants États-Unis–Afrique rassemblera, du 13 au 15 décembre 2022, des leaders de l’ensemble du continent africain à Washington.

Avant-projet de constitution : les observations du parti Adema

Après un "examen approfondi" de cet avant-projet, le parti africain pour la solidarité et la justice (Adema PASJ) a décidé de partager ses observations sur le nouveau projet.

Relations Bamako-Paris : le Mali interdit les activités d’ONG opérant sur financement français

Le Mali décide d’interdire, toutes les activités menées par les ONG « opérant au Mali sur financement ou avec l’appui matériel ou technique de la France, y compris dans le domaine humanitaire ».
%d blogueurs aiment cette page :