Mali : des auxiliaires d’élevage pour soutenir des communautés

Date:

Share post:

Au Nord et au Centre du Mali, la fuite des vétérinaires et des professionnels de la santé animale en raison de la crise sécuritaire et des aléas climatiques a créé un vide. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) travaille à appuyer ces régions en mettant à leur disposition des axillaires d’élevage.

Au Mali, 85 % de la population pratiquant l’élevage sont des agriculteurs. Cette activité procure de la nourriture et de l’économie à plus de 3 % de la population. Mais, le conflit et les effets secondaires du changement climatique rendent les éleveurs de plus en plus vulnérables. Aussi le manque de professionnels en santé animale provoque la circulation des maladies et des épizooties occasionnant des pertes de bétails. Une situation qui entraîne des crises alimentaires et nutritionnelles récurrentes, visant les populations et aggravant leur niveau de pauvreté.

Plus de 140 auxiliaires depuis 2013

Afin de soutenir ces communautés d’éleveurs, le CICR en partenariat avec le ministère du développement rural a adopté plusieurs initiatives d’appui parmi lesquels la santé animale à travers la vaccination, la formation et le recyclage des auxiliaires d’élevage, souligne le Comité international de la Croix-Rouge dans un communiqué.

« Depuis 2013, plus de 140 auxiliaires d’élevage venant du nord et du centre ont bénéficié d’une formation initiale et près de 143 ont pu bénéficier d’une formation de recyclage, mais aussi du kit de démarrage », a rappelé le CICR.

Dans le cadre d’un partenariat avec le ministère de l’élevage, près de 4 millions d’animaux ont été vaccinés en 5 mois. « Grâce à cette vaccination, nous avons contribué à préserver la principale source de revenus des éleveurs en réduisant les risques d’épidémies. », se réjouissait le CICR en avril 2022.  

Cohorte de 19 jeunes

Originaire de Taoudeni, âgée de 29 ans, Nana Fatouma fait partie des quatre jeunes dames de la cohorte de 19 jeunes auxiliaires d’élevage de cette année 2021-2022. Ils viennent principalement des régions de Mopti, Ménaka, Gao, Kidal, Tombouctou et Taoudeni.

Taoudeni, une localité située à 750 km au nord de Tombouctou. Cette région du grand Sahara est bouleversée par le conflit armé depuis des années, elle est également l’une des plus arides du Mali. Le départ timide des vétérinaires et les répercussions sur le bétail, a amené Nana à songer à l’appui d’une tierce aux éleveurs, afin de sauver leurs animaux. D’où sa décision de devenir auxiliaires d’élevage.

« J’ai appris l’existence de cet accompagnement du CICR grâce à une connaissance qui en avait bénéficié l’année passée. Intéressée, j’ai adhéré à la formation qui tombait à pic pour moi. », raconte Nana. Elle poursuit : « De retour chez moi, je vais servir ma communauté. Je conseille aux jeunes de s’intéresser à l’élevage, car nous ne pouvons pas nous passer des animaux. »

Initiation des 19 apprenants à Ségou

Durant quatre mois, le Centre de formation de l’École secondaire d’agro-pastoral de Ségou a abrité l’initiation de 19 apprenants aux connaissances de base sur l’anatomie des animaux, la parasitologie, la microbiologie, les maladies infectieuses, la pathologie médicale, l’alimentation des animaux, l’entrepreneuriat.

Cette formation a pris fin en juin 2022, en présence des autorités administratives, des corps professoraux et des médias. Les lauréats ont obtenu des attestations de participation, qui les permettront d’exercer leur profession avec un mandat bien spécifique. Également, ils ont reçu des kits composés de médicaments et de matériels vétérinaires d’une valeur de six cent mille francs CFA.

Mohamed Camara

Mohamed Camara
Mohamed Camarahttps://saheltribune.com
Mohamed Camara est détenteur d’une licence en lettres modernes, décrochée en 2019 à la Faculté des lettres, des langues et des sciences du langage (FSL), Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB). Il évolue dans la presse, son métier de prédilection, depuis 2018. En 2021, il est certifié journaliste culturel suite à une formation de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ). Il a travaillé pour plusieurs journaux dont le projet Kéniéba Média dont il était le coordinateur, et lemalien.com. Il travaille actuellement pour Reflet d’Afrique (Journal hebdomadaire local de Bamako, depuis 2020) et Sahel Tribune (mai 2022). Mohamed Camara aime la lecture, la musique et les échanges interindividuels afin de mieux affiner ses connaissances.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Mali : l’industrialisation, l’une des priorités des autorités de la transition    

Afin de lutter contre le chômage et propulser l’économie du pays, les autorités maliennes de la transition travaillent à l’industrialisation du pays.

Cotonculture : le Mali annonce la création de deux unités de filature

Dans le cadre de la promotion de la culture du coton au Mali et d’une véritable émergence économique, le Mali et la Chine ont signé, le 21 novembre 2022, un protocole d’accord pour l’installation de deux unités de filature, dont l’une à Koutiala et l’autre à Bamako.

Mondial 2022 : manifestation à Paris contre la compétition au Qatar

À paris, des défenseurs des droits de l’homme ont dénoncé, dimanche 20 novembre 2022, jour d’ouverture de la coupe du monde de football 2022 au Qatar, les violations des droits de l’homme.

Journée africaine de la statistique : la 32e édition sous le signe de la souveraineté alimentaire

La JAS vise à sensibiliser l’opinion publique, notamment les décideurs, les partenaires, les producteurs et utilisateurs de données, les chercheurs et le grand public sur le « rôle important de la statistique dans tous les aspects de la vie économique et sociale sur le continent ».
%d blogueurs aiment cette page :