Home A la Une Crise au Sahel : Burkina Faso et Niger annoncent leur départ du G5 Sahel, rejoignant le Mali

Crise au Sahel : Burkina Faso et Niger annoncent leur départ du G5 Sahel, rejoignant le Mali

0 comment 311 views

Dans une décision surprenante, le Burkina Faso et le Niger, gouvernés par des régimes militaires, annoncent leur retrait du G5 Sahel, estimant que l’institution est sous le contrôle de partenaires étrangers. Cette défection intervient après le départ du Mali en mai 2022, mettant en lumière les tensions croissantes au sein de cette alliance antiterroriste dans la région du Sahel.

« Nous avons décidé en toute souveraineté du retrait du Burkina Faso et du Niger du G5 Sahel, y compris la Force conjointe, à compter du 29 novembre. » C’est l’annonce surprenante faite par les régimes militaires de ces deux nations, mettant en lumière les tensions grandissantes au sein de l’alliance antiterroriste dans la région, déjà fragilisée par le départ du Mali en mai 2022.

À l’origine composé du Mali, du Burkina Faso, du Niger, de la Mauritanie, et du Tchad, le G5 Sahel a vu le départ du Mali en mai 2022, invoquant des griefs similaires à ceux avancés aujourd’hui par le Burkina Faso et le Niger. Ces deux derniers estiment que l’institution, dédiée à la lutte antiterroriste, est désormais sous l’emprise de partenaires étrangers œuvrant pour leurs propres intérêts, au détriment de la sécurité du Sahel.

Les raisons du départ 

Le G5 Sahel, créé dans un contexte où le terrorisme prenait de l’ampleur dans la région, se voit désormais fragilisé par ces départs successifs. La République du Mali avait déjà quitté l’organisation en raison de la non-tenue d’une conférence des chefs d’État prévue en février 2022 à Bamako. Cette réunion devait consacrer le début de la présidence malienne au sein du G5 Sahel, mais le gouvernement de transition malien a exprimé son mécontentement face à son report indéfini.

Selon le communiqué du gouvernement malien publié le 15 mai, les relations bilatérales entre les pays du G5 Sahel et le Mali restent maintenues malgré le retrait de l’organisation. Le ministre malien de l’Administration territoriale, le colonel Abdoulaye Maiga, a souligné cette position à la télévision publique malienne.

Les raisons avancées par le gouvernement malien pour son retrait du G5 Sahel soulignent une « perte d’autonomie » de l’organisation, ainsi qu’une prétendue « instrumentalisation » et un « dysfonctionnement grave » de ses organes. Bamako pointait du doigt l’influence d’un État extra-régional cherchant à isoler le Mali, sans spécifier cet État.

Les tensions au sein du G5 Sahel

Le Burkina Faso, le Mali et le Niger, tout en manifestant leur désapprobation envers le G5 Sahel, ont récemment uni leurs forces au sein de l’Alliance des États du Sahel (AES). Cette alliance vise à renforcer la coopération entre les trois nations dans la lutte contre le terrorisme, et elle engage les signataires à se défendre mutuellement en cas d’agression.

La situation actuelle souligne les tensions au sein du G5 Sahel et la nécessité de trouver des solutions pour maintenir la coopération régionale dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Les regards se tournent désormais vers l’évolution de la situation et les prochaines étapes que prendront ces pays engagés dans la quête de la stabilité dans cette région cruciale de l’Afrique.

Chiencoro Diarra

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate