Home A la Une Monnaie commune du sahel : Un projet audacieux après le retrait de la CEDEAO

Monnaie commune du sahel : Un projet audacieux après le retrait de la CEDEAO

0 comment 598 views

Au cœur du Sahel, une décision audacieuse secoue l’équilibre régional. Le retrait du Burkina Faso, du Mali et du Niger de la CEDEAO ne se résume pas à une simple divergence économique, mais annonce un profond bouleversement. Le Capitaine Ibrahim Traoré, président de la Transition burkinabè, révèle dans une interview exclusive les intentions sous-jacentes, laissant entrevoir un ambitieux projet de renaissance économique et politique.

Dans un entretien captivant accordé à Alain Foka la semaine dernière, le Capitaine Ibrahim Traoré, président de la Transition au Burkina Faso, a jeté un pavé dans la mare en annonçant le retrait de son pays, du Mali et du Niger de la CEDEAO. Cette décision, loin d’être anodine, pourrait ouvrir la voie à la création d’une monnaie commune et s’inscrirait dans une volonté plus vaste de rompre avec les chaînes héritées de la colonisation. Les motivations profondes et les implications régionales de cette démarche audacieuse suscitent interrogations et spéculations, plongeant le Sahel dans une période de changement radical aux contours encore flous.

Le président a affirmé que cette décision de quitter la CEDEAO ne doit pas être vue de manière isolée, mais plutôt comme un premier pas vers la remise en question de nombreuses structures héritées de la colonisation. L’annonce suscite des interrogations et des spéculations quant aux motifs profonds de cette démarche radicale.

Le Sahel, à l’aube d’une transformation majeure

« Notre sortie de la CEDEAO vous a surprise, et beaucoup de choses vont probablement vous surprendre encore, » a déclaré le Capitaine Ibrahim Traoré lors de l’entretien. « Laissez venir les choses. Il n’y a pas que la monnaie. Tout ce qui est en lien avec la colonisation et qui nous maintient dans l’esclavage, nous devons le briser. », déclare le président burkinabè de la transition. 

Les commentaires du président laissent entrevoir un projet d’envergure, dépassant largement le simple cadre monétaire. Les trois États du Sahel semblent résolus à remettre en question les vestiges du passé colonial et à forger leur propre destin.

Le retrait de la CEDEAO, qui regroupe actuellement quinze États membres, marque une rupture significative dans les dynamiques régionales. Les conséquences de cette décision pourraient être vastes, affectant les relations diplomatiques, les échanges commerciaux et les collaborations en matière de sécurité.

Les motivations profondes de ce choix radical restent toutefois voilées de mystère. Certains analystes suggèrent que la création d’une monnaie commune pourrait constituer un moyen de renforcer la souveraineté économique des trois nations, tandis que d’autres évoquent des préoccupations plus larges liées à la lutte contre les séquelles de la colonisation.

Les prochaines étapes de ce processus intrigant demeurent incertaines, mais une chose est sûre : le Sahel est à l’aube d’une transformation majeure, remettant en question les structures établies et ouvrant la voie à une nouvelle ère économique et politique. 

Chiencoro Diarra

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate