Démographie au Mali : comprendre le dénombrement RGPH

Date:

Share post:

Au Mali, la phase de dénombrement du 5e Recensement général de la Population et de l’Habitat (RGPH5) a été lancée, mercredi 15 juin 2022. Une opération qui permet de mieux orienter les décideurs politiques.

« Pour mettre en œuvre des politiques ciblées de lutte contre la pauvreté, les décideurs politiques ont besoin d’informations géographiques désagrégées aux niveaux les plus fins du découpage administratif du pays. Cependant les profils de pauvreté sont habituellement élaborés sur la base des enquêtes sur les ménages dont les résultats ne peuvent aller à ces niveaux géographiques en raison des contraintes de budget et de temps », indique-t-on dans ce rapport de l’Institut national des statistiques (INSTAT) sur le 4e recensement général de la population et de l’habitat.

Mobilisation nationale

Selon les précisions de cet institut, cette opération, qui doit se tenir chaque 10 ans, a pour objectif de connaître entre autres : l’effectif total de la population malienne et sa répartition entre les régions, cercles, communes, villages sédentaires et nomades, milieu urbain et rural ; la structure de la population par sexe et par âge ; le nombre total de naissances et le nombre total de décès au cours des douze derniers mois ; les disponibilités en logements pour les ménages et leurs conditions de vie en matière d’habitation. Elle permet également d’apporter des renseignements sur les caractéristiques démographiques (sexe, âge, mortalité, natalité, migrations…), économiques (profession, activité principale…) et socioculturelles (situation matrimoniale, nationalité, alphabétisation, langue parlée…) de la population.

La première opération s’est déroulée du 1er au 16 décembre1976, avec la participation active des Nations Unies et une grande mobilisation nationale. Le 4èmeRGPH, le dernier au Mali, remonte à 2009.

Le 13 juin dernier, l’Institut National de la Statistique a organisé dans ses locaux, une conférence de presse pour mobiliser les hommes de médias autour du 5e RGPH. Il s’agit d’expliquer aux journalistes les défis et les enjeux de cette opération, dont la réussite est vivement souhaitée par les autorités actuelles.

« C’est l’opération civile qui mobilise le plus d’individus au même moment », a souligné au cours de cette conférence de presse, le directeur général de l’INSTAT, le Dr Arouna Sougané. À ses dires, « des tablettes numériques » ont été mises à la disposition de ces agents recenseurs en vue de « garantir davantage la fiabilité des données collectées ».

Précieux instrument

26 327 agents recenseurs, 4 504 chefs d’équipe et 866 contrôleurs TIC seront déployés durant trois semaines pour cette opération, indique le ministre de l’Économie et des Finances, Alousseni Sanou, dans une déclaration en date du 14 juin dernier.

Dans sa déclaration, le ministre Alousseni Sanou a invité également les populations à faciliter la tâche de ces agents recenseurs, en leur fournissant les informations demandées. Celles-ci concernent plusieurs aspects de leurs vies, notamment l’état civil, l’éducation, la santé, l’emploi, la mobilité et les caractéristiques de l’habitat.

Pour la réussite de cette opération, notamment par la collecte et l’acheminement de données reflétant fidèlement les réalités socio-démographique de notre pays, le gouvernement engage les agents recenseurs à se mobiliser. Ces derniers ont bénéficié d’une formation théorique et pratique, du 05 au 25 mai 2022, sur les outils et la méthodologie du dénombrement afin de bien mener les travaux sur le terrain.

Afin de disposer de données socio-démographiques actualisées, nécessaires au cadrage des politiques de développement, les Nations Unies recommandent aux pays membres de réaliser leur RGPH tous les dix ans. Ainsi, au regard de l’importance des données statistiques pour le développement et conformément à cette disposition, le Mali a pris une loi pour institutionnaliser la tenue d’un Recensement général de la Population et de l’Habitat (RGPH), tous les 10 ans.

Bakary Fomba

Bakary FOMBA
Bakary FOMBA
Né à Kounambougou (région de Koulikoro), Bakary Fomba est enseignant de formation. Journaliste-blogueur, membre de Doniblog, la Communauté des Blogueurs du Mali. Il est également contributeur à Benbere, plate-forme des blogueurs maliens. Il est présentement le Directeur de la rédaction du site web d’informations générales, d’analyses, d’enquêtes et de vérification des faits saheltribune.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles similaires

Mali : le gouvernement décide de donner des insignes aux autorités traditionnelles

Au Mali, il a été décidé, en conseil des ministres, de remettre des insignes et certificats aux chefs de villages, de fractions et de quartiers. C'est la concrétisation d'une promesse du chef de l’État.

Mali : le Premier ministre Choguel Maïga affirme être optimiste pour le prochain sommet de la Cédéao

Dans un numéro de l’émission « Mali kura Taasira », diffusé dimanche soir sur la télévision nationale malienne, le Premier ministre Choguel Maïga s’est exprimé sur l’an 1 du gouvernement de transition.

Législatives sénégalaises : l’opposition politique mobilisée contre un arrêt du Conseil constitutionnel

Au Sénégal, un arrêt du Conseil constitutionnel du 4 juin invalide partiellement certaines listes nationales des prochaines législatives. La Coalition Yewwi Askan Wi, dirigée par l’opposant politique Ousmane Sonko, dénonce des manœuvres du pouvoir en place.

Université Senghor : 80 jeunes francophones attendus à Alexandrie pour une classe diplomatique

C'est un cadre d’échanges et de partages culturels, issu d'une collaboration entre l’Université Senghor et l’Institut international pour la Francophonie de l’Université Jean Moulin Lyon 3, avec la participation de responsables de programmes de l’Organisation internationale de la Francophonie.
%d blogueurs aiment cette page :