Home Economies Burkina Faso : la lutte acharnée contre la fraude de l’or pour préserver les revenus miniers

Burkina Faso : la lutte acharnée contre la fraude de l’or pour préserver les revenus miniers

0 comment 245 views

Au Burkina Faso, la fraude de l’or menace les revenus miniers, incitant la Brigade anti-fraude à déployer une stratégie nationale. Parallèlement, le lancement d’une raffinerie marque une étape majeure vers l’indépendance économique du pays.

Au cœur de l’Afrique de l’Ouest, le Burkina Faso, doté de vastes ressources minières, connaît une réalité paradoxale : une part considérable de ses revenus potentiels issus du secteur minier s’échappe en raison de la fraude de l’or. En 2021, le secteur minier a contribué de manière significative au budget de l’État, avec plus de 430 milliards de francs CFA (717 millions de dollars). Cependant, cette somme aurait pu être bien plus conséquente, la fraude liée à la commercialisation de l’or s’élevant entre 9 et 25 tonnes chaque année.

Un atelier pour lutter contre la fraude 

Face à cette problématique, la Brigade nationale anti-fraude sur l’or a décidé de réagir de manière radicale en lançant une “Stratégie nationale de lutte contre la fraude, le faux, le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme dans le secteur des mines”. L’objectif ambitieux de ce plan est de récupérer les pertes financières engendrées par la fraude, avec une perspective d’examen et d’adoption par le gouvernement d’ici la fin de l’année 2023.

Le 24 novembre 2023, à Ouagadougou, le directeur de cabinet du ministre en charge des Mines, Yaya Sanakara, a présidé un atelier national crucial. Cet événement a marqué la validation de la stratégie nationale de lutte contre la fraude de l’or, le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme dans le secteur minier (SNLFO-BC/FT) et de son plan d’action (PAT-SNLFO-BC/FT). Organisé par la Brigade nationale anti-fraude de l’or (BNAF), cet atelier a rassemblé une trentaine de participants déterminés à lutter contre ce fléau économique.

Stratégie nationale de lutte contre la fraude de l’orune lueur d’espoir

Le secteur minier, bien que crucial pour l’économie burkinabè, a été entravé par la fraude de l’or, selon Aboubacar Sawadogo, le directeur général de la BNAF. Chaque année, entre 9 et 25 tonnes d’or sont illicitement commercialisées, impactant directement les contributions au budget de l’État.

La Stratégie nationale de lutte contre la fraude de l’or offre une lueur d’espoir. Aboubacar Sawadogo affiche son optimisme quant à la capacité de cette stratégie à mobiliser les différentes structures étatiques pour réduire, voire éradiquer, la fraude de l’or. L’objectif clair est de générer d’importantes ressources au profit du Trésor public.

Cependant, la lutte contre la fraude n’est pas la seule initiative en cours au Burkina Faso. Le Capitaine Ibrahim Traoré, Président de la Transition, a officiellement lancé le projet tant attendu de la première raffinerie d’or du pays. La cérémonie de pose de la première pierre, le 23 novembre dernier, marque un moment décisif dans la quête du Burkina Faso pour assurer son indépendance économique.

Une nouvelle ère d’indépendance économique pour le Burkina

Présentée comme un acte de souveraineté économique, cette raffinerie vise à mettre fin à la pratique d’exportation d’or brut pour raffinage à l’étranger. Le Capitaine Ibrahim Traoré souligne l’importance de la pose de la première pierre comme une question de souveraineté nationale, permettant au Burkina Faso de contrôler entièrement sa chaîne de production aurifère.

Avec la lutte accrue contre la fraude de l’or et l’inauguration de sa propre raffinerie, le Burkina Faso prend des mesures significatives pour assurer une gestion plus transparente et autonome de ses précieuses ressources minérales, ouvrant ainsi une nouvelle ère d’indépendance économique pour le pays.

Chiencoro Diarra 

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate