Home Actualités OCS Sikasso : une poursuite spectaculaire

OCS Sikasso : une poursuite spectaculaire

0 comment 381 views

Le mardi 11 juin 2024 restera gravé dans les annales de Sikasso comme la journée où un narcotrafiquant a échappé de justesse à une opération bien orchestrée de l’Office central des Stupéfiants (OCS). 

Imaginez la scène : le chef d’escadron Tourou Kanouté et son équipe, tels des héros de film d’action, prêts à mettre la main sur un dealer notoire sur l’axe Farakala-Molasso, dans le cercle de Niéna. Le plan était parfait, la coordination sans faille, mais parfois, la réalité joue des tours bien plus déroutants que la fiction.

Nettoyer et sécuriser la région de Sikasso 

Ce jour-là, le dealer, chevauchant sa moto avec l’agilité d’un cascadeur, s’est trouvé piégé par le filet tendu par l’OCS. On imagine bien le chef Kanouté donner le signal de l’assaut. Mais hélas, notre homme, plus rusé qu’un renard, a abandonné son précieux colis pour disparaître dans la nature, laissant derrière lui une impressionnante cargaison de stupéfiants. 

Le butin ? Accrochez-vous bien : 150 cartouches de cigarettes Sir, 30 cartouches de cigarettes fines, 10 kilogrammes de produits pharmaceutiques contrefaits, 6 900 comprimés de Tramadol, 2 300 comprimés de Diazépam, 10 briques de cannabis, et même 7 cartons de boissons frelatées. De quoi ouvrir une petite boutique, si l’on peut dire, mais surtout, de quoi alimenter des marchés illicites pour des semaines.

Mais revenons à notre valeureuse équipe de l’OCS. Sous la houlette du directeur de l’Office Central des Stupéfiants, le Colonel-Major Fousseyni Keïta, ces opérations « XXL » sont de véritables coups de maître. Il faut dire que ce n’est pas la première fois que le chef Kanouté et son équipe frappent fort. Leur détermination à nettoyer les rues de Sikasso des dealers et autres trafiquants est tout simplement admirable. Ces hommes et femmes se battent quotidiennement pour sécuriser notre région et méritent tout notre soutien.

Les gardiens de notre tranquillité

C’est dans cette ambiance de chasse aux trafiquants qu’il convient de rappeler que cette moisson de l’OCS ne relève pas du miracle, mais bien de jours et de nuits de surveillance, d’enquêtes et de planifications rigoureuses. Le dealer a peut-être échappé, mais il a laissé derrière lui des indices précieux qui, espérons-le, mèneront à son arrestation prochaine. 

Et parlons-en, des narcotrafiquants. Ces personnages, véritables fléaux modernes, n’hésitent pas à sacrifier la santé publique sur l’autel de leurs gains illicites. La présence de produits pharmaceutiques contrefaits dans le lot saisi est particulièrement préoccupante. Ces substances, souvent dangereuses, sont vendues sans scrupule, mettant en danger des vies innocentes.

Il faut aussi saluer l’efficacité de l’OCS qui, en cette veille de fête de Tabaski, ne laisse aucun répit aux criminels. Le chef Kanouté et son équipe, armés de courage et de dévouement, sont les gardiens de notre tranquillité. Leur travail acharné pour déjouer les plans des trafiquants et mettre à mal leurs réseaux est un exemple à suivre.

Une coopération sans faille entre toutes les parties prenantes

Cette histoire nous rappelle à quel point la lutte contre le trafic de drogue est complexe et exigeante. Elle nécessite des moyens, de la formation, et surtout, une coopération sans faille entre toutes les parties prenantes. Les efforts des forces de l’ordre doivent être soutenus par des politiques publiques fortes et par l’engagement de la société civile. Car au final, cette lutte est l’affaire de tous.

Et que dire de notre fugitif ? On peut aisément imaginer qu’il passe actuellement des nuits agitées, poursuivi par l’ombre du chef Kanouté et de son équipe. Espérons qu’il se rende bientôt, réalisant que la justice finit toujours par rattraper ceux qui essaient de la fuir.

En attendant, félicitons et encourageons nos vaillants agents de l’OCS. Leur travail ne s’arrête jamais, et leur engagement est un pilier essentiel de notre sécurité. Grâce à eux, nous pouvons espérer un futur où la drogue ne sera plus une menace constante, mais un souvenir d’un passé révolu.

Chiencoro Diarra

Leave a Comment

A propos

Sahel Tribune est un site indépendant d’informations, d’analyses et d’enquêtes sur les actualités brûlantes du Sahel. Il a été initialement créé en 2020, au Mali, sous le nom Phileingora…

derniers articles

Newsletter

© 2023 Sahel Tribune. Tous droits réservés. Design by Sanawa Corporate